Skilltroc atelier mobile nuage diy ©genarobardy

Atelier mobile nuage pour bébé

Il y a quelque de cela, j’ai eu la chance de participer un matin (mal réveillée mais pleine d’enthousiasme),  à un atelier DIY pour fabriquer un mobile nuage, organisé par Skilltroc. C’est Laura, partie prenante du projet qui a proposé de partager son savoir faire pour nous apprendre les bases du mobile avec du fil de fer. Elle en a créé beaucoup depuis 10 ans, à chaque naissance dans son entourage.

L’envie de partager son savoir-faire

Avant même de commencer, j’ai adoré l’accueil de l’équipe, leur façon de parler avec passion du projet (coucou Pascale!). Et le fait que ça soit un des membres,  Laura, qui donne de sa personne pour le premier volet, m’a montré leur implication. Moi, c’est le genre de choses auxquelles, je suis très sensible. Pas vous?

Le principe de Skilltroc, c’est de mettre en relation des personnes qui ont envie de partager un savoir/savoir-faire (de la recette de mamie aux compétences professionnelles, tout est possible) avec d’autres qui souhaitent les apprendre. En retour, vous proposez alors un de vos talents. Et ainsi de suite. Pas d’argent en jeu. De l’échange.

Me voilà donc avec d’autres participantes bien sympathiques (dont Ondine blogueuse également ) à rigoler avec Laura, la bobine de fil de fer dans les mains. J’avais l’impression d’être avec une bande de copines.

Créer facilement un mobile nuage pour bébé

Ce petit mobile nuage, c’est le genre de choses que l’on voit défiler sur pinterest en pensant que jamais on arrivera à le faire tout seul. Toute seule pour une première non, je n’aurai pas réussi, mais avec Laura à mes côtés aucun souci.

Le matériel n’est pas très compliqué: Du fil de fer (noir et/ou gris), de la ficelle (transparente ou pas selon vos goûts), de la feutrine. Et c’est parti.

D’abord, on forme le nuage en fil de fer. On peut s’inspirer avec des modèles si on a envie.

La partie la plus délicate à mon sens, c’est ensuite de former les lettres comme si on écrivait sans lever le stylo.

On découpe les gouttes d’eau dans la feutrine.

Et on assemble le tout avec les ficelles.

Dis comme ça, ça a l’air de prendre 5 minutes, mais si vous voulez avoir de jolies formes il faut en fait être très minutieux et ne pas se précipiter. Prendre le temps de lisser aussi le fil de fer.

Pour en savoir plus, un atelier gratuit

Je vais être vilaine, je ne vous dévoile pas toutes les ficelles pour fabriquer ce super mobile. Parce que pour ça, vous pouvez vous inscrire (gratuitement) sur skilltroc à un atelier de Laura, qui vous donnera toutes ses petites astuces en direct. Comment ça vous n’habitez pas Paris et donc ce n’est pas possible? Aucune excuse, ça marche aussi avec des sessions skype. Donc si vous pouvez lire cet article, c’est que vous avez internet… bref vous voyez où je veux en venir!

Envie d’un atelier avec moi?

Vous l’avez vu la dernière photo avec mon grand sourire? Ça en dit long sur le moment convivial que j’ai passé. Et comme je suis à fond sur le partage, j’aimerai à mon tour pouvoir vous proposer un atelier. C’est là que je compte sur vous pour me dire si ça vous tenterai d’en faire un avec moi. Et surtout quoi comme atelier?

Raconter des histoires ? Comment visiter un musée avec bébé? N’hésitez pas à regarder mes anciens DIY sur le blog, et si il y en a un qui vous plait je peux vous apprendre à le réaliser. Bref j’attends vos idées.

Après vous avoir fait languir, je vous montre tout de même ce que l’on a fabriqué avec Laura….

Tadam, le résultat!

 

img_5086

A vous de personnaliser votre mobile

Comme vous le voyez, celui de Salomé est le plus petit. Comme on vit dans un petit appart, j’ai préféré faire un petit modèle. C’est chouette je trouve: chaque mobile a une personnalité différente. C’est vraiment ce que j’aime dans le fait main. Avec le plaisir aussi de réaliser soi même qui donne tout de suite une valeur affective à l’objet.

Me voilà armée pour en réaliser d’autres, pour des futurs bébés dans l’entourage. Ou maintenant que j’ai les bases avec d’autres formes.

Et bientôt, vous le verrez le nuage et ses petites gouttes colorées dans la chambre de petite ogresse qui adore déjà le contempler (#teaser).

 

Et vous adepte du DIY? des ateliers? L’aventure skilltroc vous tente?

 

📷 Les photos sont signées Genaro Bardy, dont j’ai découvert le travail au passage. Quand je vous dit que c’était une matinée riche en belles rencontres.

Diy créer un mobile nuage prénom pour bébé ou enfant

Montgolfieres diy boules alvéolées

Les montgolfières à suspendre

Quand on est enceinte, on développe de drôles de manies parfois, ou des petites fixettes. J’ai connu une maman à fond sur les hiboux par exemple. La mienne, les montgolfières. J’ai tellement bassiné mes amies avec ça qu’elles m’ont d’ailleurs organisé une super baby shower sur ce thème.

Montgolfieres diyPourquoi cette obsession?  Je ne sais pas. Un souvenir des jolies montgolfières multicolores au dessus des paysages de Cappadoce  peut être…

En tout cas ça m’a plu cette invitation au voyage et à la rêverie. Et assez vite j’ai su que j’allais en fabriquer pour Petite Ogresse.

Là encore pinterest est venu à ma rescousse avec plusieurs possibilités.

J’ai choisi la version facile et récup.

Montgolfiere diy matériel

Le matériel :

  • des boules alvéolées
  • de la ficelle et/ou de la laine
  • du masking tape
  • au choix des rouleaux de papier toilette, sopalin ou des gobelets ( moi j’ai mixé pour avoir différentes tailles de nacelle)
  • ciseaux
  • agrafeuse

J’avais fait mes petites emplettes chez Hema

Etape 1: Fabriquer les nacelles

Pour cela vous récupérez des gobelets jetables ( plastiques ou cartons) qui restent d’une fête ou alors vous découpez des rouleaux wc/sopalin pour avoir des nacelles. Je vous conseille dans ce cas de faire différentes tailles ça sera plus sympa.

Masking tape hema

Etape 2: Décorer les nacelles

Simple comme bonjour un petit coup de masking tape et le tour est joué. Si vous avez choisi l’option rouleau, je vous conseille d’abord d’en tapisser l’intérieur avec le masking tape pour refermer le fond de la nacelle puis, vous vous attaquez à l’extérieur.

 

Materiel montgolfiere diy

Etape 3: Assembler les montgolfières 

C’est la partie la plus corsée. Mettez d’abord en forme les boules alvéolées pour qu’elles soit prêtes. Ensuite agrafez 4 brins de laines ou bouts de ficelle de même longueur sur la nacelle. Attachez les autres extrémités en haut de la boule alveolée ( là où se situe la ficelle de suspension). Répartissez  les 4 fils de laine ou de ficelle au 4 coins de la boule alveolée. Bon d’accord une boule ça n’a pas de coin alors disons formez une croix.

Étape  4: Accrocher les montgolfières

Là encore le rendu est plus joli si vos boules alveolées ont des tailles différentes et que vous ne suspendez pas vos créations à la même auteur.

Ce n’est pas très compliqué. Ça coûte trois fois rien. Et ça personnalise tout de suite l’espace.

A la maison la réalisation était aussi l’occasion de partager un chouette moment entre filles avec la marraine de petite ogresse et ma cousine. Donc pour celles qui sont chargées d’organiser une baby shower ça peut être une idée d’atelier entre copines. Sympa. Chaque invitée pourrait ainsi créer sa petite montgolfière  pour le futur bébé.

Et je ne peux pas résister avant de vous laisser à vous mettre une photo de petite ogresse dans sa montgolfière . Sujet d’un prochain billet sur les décors photos (oui je vous fais des teasers maintenant!)

Décor photo bébé montgolfiere

Diy mobile montgolfières pour bébé

Marionnettes à doigts DIY

Les marionnettes à doigts

Aujourd’hui je vous propose un petit atelier que j’avais mis en place dans un café « kids friendly ». Il n’est pas très compliqué et avait bien fonctionné pour des enfants allant de la maternelle ( là il va falloir bien aider le bout de chou) à la primaire (bien plus autonomes). En avant !

Des marionnettes à doigts personnages

De drôles de marionnettes à fabriquer pour habiller les doigts et hop voilà nos bouts de choux conteurs d’histoires: roi, fée, dragon, sirène, princesse, magicien… à imaginer au gré de l’inspiration ou de la fixette du moment (genre la reine des neiges…) .

Matériel de base:

  • Morceaux de Feutrine (plusieurs couleurs)
  • ciseaux
  • 1 feutre noir
  • colle acrylique

Comment les réaliser en atelier avec des enfants ?

C’est ce qui me plait dans les ateliers. Proposer pas mal de materiel et les laisser trouver des idées sans les brimer. (On sent l’art thérapeute là!)

J’avais donc fabriqué ces prototypes. Mais en les présentant aux enfants comme des personnages et non comme des modèles à copier.

En préalable seulement l’adulte devra fabriquer ou aider au découpage de la feutrine qui sert de support. Petite astuce : Prenez un morceau de feutrine.  Dessinez dessus au feutre noir la forme de la marionnette. Placez dessous un deuxieme morceaux de feutrine. Découpez. Vous obtiendrez votre support. L’enfant devra coller les deux morceaux en déposant la colle sur les contours (sauf bien sûr l’entrée pour le doigt!).

Et c’est parti pour le côté chouette de l’atelier!

La customisation

Scoubidous en guise de bras, paillettes sur le chapeau pointu , sequins pour faire la bouche transforment les feutrines multicolores en personnages féériques.

Pour finaliser, si vous êtes très motivés, ou que votre enfant est grand, je vous conseille un petit coup de couture sur les côté des marionnettes  pour quelles soient plus résistantes en cas de grand spectacle! Un brin de laine pas épaisse, un fil qui traine, une aiguille ce ne sera pas bien long.

Et voilà. Le théâtre peut s’animer.

Raconter des histoires avec ses doigts

Ces marionnettes toutes douces transportent  les petits au Royaume magique. Cendrillon, Petit Poucet, Blanche Neige, Aladin, La belle au bois dormant: tous réunis sur les doigts de la main pour faire vivre de fabuleuses histoires.

Diy marionnettes à doigts avec des enfants

Bloguer façon ogresse

Pourquoi j’ai totalement changé ma façon de bloguer

La première fois que l’on m’a parlé des blogs, j’étais très très sceptique. Je ne comprenais pas l’intérêt d’avoir un blog. C’était au tout début. Les blogs skyrocks. Les visuels super moches. Une orthographe douteuse. Beaucoup d’impudeur. Les personnes racontaient leur vie intime façon journal avec de mauvaises photos. Je ne voyais pas pourquoi. Pourquoi ne pas partager cette vie privée qu’avec ses amis? Pourquoi tant d’exhibition ?

Changer d’avis sur les blogs: le déclic

Oui mais voilà. Quelques années plus tard, j’ai totalement changé d’avis. C’était en mars 2009. Je venais de terminer un stage de médiation culturelle très difficile. Une ambiance de travail horrible. Une sous chef machiavélique. Bref le monde souvent joyeux de l’art contemporain. J’ai eu besoin d’une soupape. Et aussi de continuer à partager mon goût pour la culture. J’ai alors découvert la super communauté des blogueuses lectrices. Des nanas géniales. Des passionnées de littérature. Des professeurs de lettres. Des bibliothécaires. Ou de simples amatrices comme moi.

Se prendre au jeu, et faire de belles rencontres via le blog

Je fais de jolies rencontres. Et mon premier blog L’ogresse de Paris commence à se développer. J’y traite des sujets culturels qui me bottent ( les livres, les expos, les musées…) parfois je poste quelques croquis. Au départ mon ton était très académique. Façon dissert. Puis de plus en plus personnel au fur et à mesure des billets. Les gentils commentaires, ça change la donne. On se sent investi. On est pas seul. On n’écrit plus que pour soi mais aussi pour les autres.

Reprenons.

Créer ce deuxième blog, pour les parents

Alors j’ai continué sur ma lancée. J’ai ouvert un deuxième blog un mois plus tard (donc avril 2009), enfant cette fois, qui m’a permis de développer mes activités de conteuses et mes ateliers. C’est ce blog, L’ogresse de Compagnie, qui vous pouvez le voir a bien changé lui aussi. Au départ, il était une vitrine pour mes clients. J’y proposais mes différents thèmes de contes, des DIY pour les anniversaires.

FullSizeRender(8)

 

Développer un univers de conteuse

Pixeles avait quelques années plus tard réalisé pour moi un magnifique site internet pour développer mes activités. Par la suite j’avais donc repris le blog comme blog et montré les travaux de mes élèves de maternelle pour qui je donnais un cours d’arts plastiques hebdomadaire afin que les parents puissent suivre les créations au jour le jour. Ce blog-ci, l’Ogresse de Compagnie, m’a donc permis d’une certaine façon de financer la fin de mes études (master d’arts plastiques puis diplôme d’art thérapeute) en me faisant connaitre des parents ou des lieux qui cherchaient une animatrice.

 

Bloguer m’a offert des chances incroyables.

2011. Moi qui vient du fin fond de la campagne normande, qui n’ai absolument aucun contact dans les hautes sphères, aucun passe droit, je me suis retrouvée invitée à 23 ans au ministère de la culture en compagnie d’Anish Kapoor qui exposait pour Monumenta. Le Rêve! Le saint graal! La vérité j’étais bien intimidée assise entre la journaliste du monde et celui du figaro. Je faisais tâche avec mon look de midinette. Et au cocktail je n’ai pas eu assez de courage pour dire trois mots à cet artiste que j’admire tant. Mais qu’importe j’étais là.
D’autres invitations ont suivi dans les musées, chateaux, ect. Vernissages presse, cocktails, conférences.

D’ailleurs petite parenthèse dans le récit, je me sens toujours un peu comme une imposture aujourd’hui mais j’y ai pris goût. Je me dis après tout que j’ai gagné ma place. Finalement pas besoin d’être une fille à papa, le travail paie aussi.

La grosse pause blogging

2014 – 2015: Trou noir. Grosse pause. Plus rien ou presque.

Ni sur ce blog, ni sur l’autre.

Pourquoi? Parce que blogueuse n’est pas un métier ( ou c’est rare) et que malheureusement les blogs suivent aussi les aléas de la vie. Et une très grande fondation d’art contemporain m’a extrait toute sève créatrice. Me prenant envie, temps et énergie.

Et puis petite ogresse a débarqué. Et les bébés ils n’aiment pas ça dans le temple de l’art. Et ma chef encore moins. Alors j’ai été contrainte d’arrêter ce métier que j’aimais tant.

Je vous passerai les détails.

IMG_2521

Le temps du renouveau

Aujourd’hui, c’est Petite Ogresse qui a bouleversé ma façon de bloguer. Déjà, je me suis mise à suivre de supers mamans qui m’ont fait rêver, rire, m’ont ému. M’ont donné de bons conseils comme l’auraient fait des copines ou la maman que je n’ai plus. Et m’ont fait dire que finalement on peut être dans l’intime sans être dans l’impudeur. On peut se livrer sur un blog quand on aime partager.

Petite ogresse m’a insufflé un nouveau souffle de créativité. J’ai 1000 projets.
J’ai envie de continuer à bloguer ici et sur L’Ogresse de Paris, de proposer un contenu de qualité (j’essaie au moins). J’ai voulu un joli visuel pour que cela soit plus confortable pour vos yeux. Je suis plus à l’écoute de ce que je suis aussi. Et je souhaite que mes blogs me ressemblent davantage.

MERCI à vous !

Alors attention! C’est le moment où je vais démarrer mon discours de remerciement façon oscars:

Merci aux blogueuses dont j’ai croisé la route en vrai ou sur la toile. Merci aux lecteurs fidèles qui me suivent et m’encouragent depuis 7 ans. Merci aux nouveaux venus qui me boostent par leurs visites. Merci à Mr Ogre, mon premier supporter qui a réalisé avec brio ce nouveau site (belle preuve d’amour pour une blogueuse hein!). Et merci à toi petite ogresse, ma jolie muse, ma force, ma joie.

Alors bienvenue dans la nouvelle maison de l’Ogresse, aux fondations plus solides, construite avec amour, décorée avec soin, les fenêtres ouvertes sur le monde, la porte toujours prête à laisser entrer des visiteurs, amis de passage, amis de toujours.

 

Changer sa façon de bloguer

Annonciation au musée de cluny

Atelier parent/enfant au musée de Cluny

Médiatrice culturelle depuis 8 ans, à peine la grossesse annoncée je m’imaginais déjà parcourant les musées avec mon bambin. Il était inconcevable pour moi de ne pas partager avec mon bébé ce que j’avais pris tant de plaisir à faire pour les enfants des autres. Cependant, si j’avais pu moi même conter des histoires autour des oeuvres à de très jeunes enfants (certains avaient 2 ans), de tout petits bébés c’est une autre histoire. Alors lorsque j’ai vu que le musée de Cluny proposait des ateliers bébés j’ai sauté sur l’occasion. Je vous raconte.

Aller au musée Cluny pour un atelier avec bébé

Avec ma mini ogresse de pas encore 4 mois,  ainsi que deux autres mamans et leurs petits bouts nous avons été accueillis avec douceur par   Marie-Georges Compper-Bruegel, art thérapeute et conteuse. L’étant moi même cette approche mêlant ces deux pratiques  ne pouvait que me plaire.

Ne vous attendez pas à parcourir tout le musée de Cluny de salle en salle en découvrant les oeuvres: ce n’est pas le propos. Ici il s’agit de s’appuyer sur les oeuvres en point de départ pour découvrir et évoquer sa parentalité. Et ça fait un bien fou. Le thème de vendredi était celui de la grossesse. L’intitulé joliment posé de cette façon: « Une si longue attente, autour des neuf mois de grossesse ».

Se laisser porter par la conteuse et parler de grossesse

La conteuse pose un tapis au sol tout près d’une belle statue représentant l’annonciation, ce moment où la vierge Marie apprend par l’entremise de l’ange Gabriel qu´elle attend un enfant. Toute la petite troupe s’installe. Avec bienveillance, l’art thérapeute nous invite gentiment à exprimer nos ressentis pendant la grossesse, si nous avions des attentes, des peurs. Elle nous donne aussi un petit peu de pâte à modeler pour faire émerger une forme en pensant justement à notre émotion lorsque comme Marie nous avons appris la grande nouvelle. Pour ma part, c’est un petit coquelicot qui a surgi.

110539989

Une très jolie expérience à partager avec bébé, que je vous recommande.

 

Visite atelier bébé au musée de cluny à paris