Si il y a bien quelque chose qui chamboule la vie, c’est l’arrivée d’un enfant. Et si on a eu la chance de pouvoir le porter en soi, il n’y a pas que la vie qui change, mais le corps également.
Le post grossesse est une étape vraiment compliquée pour l’estime de soi et la confiance. Sans être matérialiste, je pense que cela passe aussi par la garde robe.
En l’espace de 9 mois, ou plutôt 8 chez moi, le corps s’étire et la silhouette s’arrondit. Nous ne sommes pas toutes égales quant à la prise de poids et à sa perte, même pour celles qui surveillent de près leur alimentation pendant la grossesse. Aux kilos en plus (et non en trop car cela reste subjectif), s’ajoute aussi la modification de la peau, de l’aspect du ventre ou encore de la poitrine. Bref, ce n’est pas très réjouissant tout cela mais c’est la réalité pour nombre d’entre nous. Réalité que l’on voit peu dans les médias et sur les réseaux finalement.
Et là, avec ce ventre vide auquel on ne s’habitue pas et corps que l’on ne reconnaît pas, vient s’ajouter le constat que plus aucun de nos vêtements d’avant nous va. Pendant quelques mois, ce n’est franchement pas la priorité. On est aux prises avec la maternité et ce petit être merveilleux qui nous comble et nous accapare. On peut s’oublier. Continuer à mettre les vêtements de grossesse parce que c’est pratique, confortable. Surtout si on allaite, les hauts et robes adaptés sont tout de même l’idéal.
Puis vient la fin de l’allaitement, ou alors la reprise du travail, l’entrée à la crèche ou chez la nounou… Bref l’élément qui nous détache physiquement de notre bébé. Souvent ça devient le déclencheur de la prise de conscience de son propre corps. Avec le découragement ou l’envie de se reprendre en main. Qu’il est dur de se regarder dans le miroir et d’apprendre à s’aimer telquel. Je crois que c’est un vrai travail sur soi et avec soi.
Ce déclic je l’ai eu tardivement. Tout simplement parce que j’avais bien d’autres urgences à régler. J’ai mis le sujet de côté sciemment. L’enfouissant très profond sous terre dès qu’il se présentait. Maintenant, que les choses sont plus calmes, je peux enfin prendre le temps de penser à moi et donc à mon corps.
La première étape a été début octobre d’écarter tous mes vêtements de grossesse et surtout d’allaitement. Je pense que vous devinez pourquoi. Il était essentiel de faire le deuil de cette période de ma vie. Cela ne s’est pas fait sans peine si je suis honnête. C’était une mesure symbolique essentielle. On ne peut avancer en ouvrant son placard et en voyant systématiquement des vêtements qui nous font de la peine.
De même, j’avais enlevé de mon dressing tous les vêtements devenus trop petits pendant ma grossesse. J’en avais profité pour faire un tri à la Marie Kondo. J’ai conservé ceux que j’aime vraiment et que j’espère remettre un jour (ils sont peu finalement). Je les ai mis à la cave pour ne plus y penser et ne pas ressasser de pensées négatives sur moi même à chaque fois que je cherche ma tenue du jour. Les autres, je les ai donné à une association de mon quartier.
J’ai essayé au plus possible de ne conserver des choses qui vont à mon nouveau corps. Pas trop de vêtements qui moulent le ventre car je ne suis pas à l’aise. Je mets surtout des robes ou un pantalon fluide.
Me voilà donc avec mes deux tiroirs et une moitié de portant. Je porte casiment toujours les mêmes vêtements mais ce sont des vêtements dans lesquels je me sens bien et certains même jolie. J’ai très peu acheté depuis la naissance de ma cadette en février 2018. En fait c’est simple. Je crois que je n’ai que deux robes et une chemise large en jean dénichées dans une friperie à Clermont Ferrand en mai. Et mon amoureux a insisté au printemps pour m’offrir le ciré rose petit bateau sur lequel je louchais depuis des mois. C’est tout !
Je me suis dit que comme plus rien ne m’allait, autant en profiter pour changer mon mode de consommation et me tourner soit vers de la seconde main, du vintage ou des petits créateurs si possible.
Dans cet esprit, j’avais investi dans le sweat de la marque Joli bump pendant ma grossesse, car je savais que je pourrais le porter après. Et c’est le cas. Je l’aime toujours autant.
Pour le moral, je me suis fait un peu plaisir sur les accessoires par contre car ça il n’y a pas de problème de taille: chapeau, chaussures et boucles d’oreilles (notamment des boucles Poupée rousse que je me suis auto offertes pour mon anniversaire).
J’ai décidé de ne RIEN acheter d’autre tant que je n’aurai pas repris un rythme de vie plus régulier. Je ne parle pas ici de régime. Je n’ai pas l’intention de m’y mettre. Mon objectif à moi c’est de reprendre une activité physique douce dès que j’en aurai l’accord (la danse avec l’association Elles dansent) et une alimentation équilibrée (c’est bien parti 🙂 ). C’est tout.
C’est ça qui déterminera un poids stable. Pas envie de faire du yoyo ou de soumettre encore mon corps à des violences.
Quand ma silhouette ne bougera plus, j’investirai dans du durable et de beaux basiques car il me faut tout reprendre de zero. Je pense aussi en tant que maman, cela simplifie la vie d’avoir peu de vêtements mais que l’on peut coordonner les uns aux autres facilement et dans lesquels on se sent bien. Je n’ai pas de temps à perdre au quotidien à me questionner trop le matin pour m’habiller. Avec deux enfants en bas âge les minutes pour soi se comptent sur le doigts de la main. Comme je suis également dans une logique de consommation responsable, cela correspond aussi  à mes valeurs. Je suis une lectrice assidue du blog Le dressing idéal qui répond à ces problématiques avec des choix judicieux. Anne et moi nous n’avons pas du tout la même morphologie alors je ne me retrouve pas toujours dans ses sélections. Mais j’aime beaucoup ses propositions et grâce à elle j’ai découvert des marques pépites, je vous recommande donc.
Pour une garde robe capsule, j’ai fait la liste de ce qu’il me faudrait:
deux chemises (une en jean cintrée, une rayée) + un chemisier blanc en soie
deux jeans taille haute (un brut, un noir)
une jolie maille en cachemire
un gilet douillet
un sweat
un trench-coat
un blouson en cuir
trois robes (une longue, une colorée, une noire)
deux jupes longues (une colorée, une noire)
4 t-shirt (dont un beau basique blanc)
un pantalon noir type tailleur
un top noir
Une belle veste de tailleur
Un manteau d’hiver habillé
Et voilà ! Je ne compte pas acheter tout ça cette année, mais me constituer cette garde robe capsule au fur et à mesure. Sinon dénicher des petites fantaisies en friperie ou dépôt vente pour égailler mes tenues.
Je vous montre certains éléments de ma wishlist. J’ai essayé de prendre le plus possible des marques éco responsables / éthiques  ou alors qui soutiennent la recherche contre le cancer (misterk, titsup) ou avec des messages féministes (the simones). Une petite exception avec Uniqlo mais mon budget n’étant pas extensible, il faudra bien une ou deux choses pour être présentable avant d’investir dans les autres pièces. Quand à Levi’s je me dis que ça devrait se trouver en dépôt vente.
Et vous ? Avez vous radicalement repensé votre façon de vous habiller après la grossesse?


 

5 réflexions sur “Quelle garde robe post grossesse choisir?”

  1. Hey dis donc la photo du bandeau du haut ne viendrait-elle pas de moi à Amsterdam ? <3 Là où j'y ai déniché ma tasse old school ? 🙂
    Je n'ai pas encore la problématique post accouchement n°2 (d'ici qq mois…) mais je sais qu'après mon 1er accouchement je n'ai quasi rien acheté en 3 ans. Pas forcément par manque d'argent mais par manque d'envie de prendre soin de moi. Tout était centré sur la puce. Je vais essayer de faire mieux après baby 2 parce que selon moi c'était une erreur de ma part. Bref pour toi j'aime bcp : les jupes longues, le blazers long, les petits t-shirts genre bisou là et les pulls ils sont trop beaux aussi !! on pourra y aller ensemble pour essayer ? 🙂 (sauf si c'est tout en ligne…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.