Qu’elle est passée vite cette semaine ! J’ai l’impression que c’est hier que nous sommes rentrés de vacances plus complices que jamais tous les trois!
Et pourtant c’est bien lundi que je suis retournée auprès de mes deux amours après quelques jours sans eux dans le Sud.
Alors pour me rattraper un peu, j’ai emmené ma cocotte au zoo de Thoiry pour une après midi juste toutes les deux. Je redoutais un peu notamment le trajet. Mais tout s´est déroulé à merveille et nous sommes revenues sans avoir été mangées par les dinosaures, la nouveauté du parc.
C’était une petite semaine toute simple. On a repris nos petites habitudes : les courses en vrac, la crèche, le travail… Et on a su préserver nos petits moments de jeux. L’ogre a l’air de prendre de plus en plus de plaisir à jouer avec Salomé. Je les entend rire dans la chambre. Quand à elle et moi nous entamons un nouveau tournant: celui de la complicité. J’aime la voir gagner son autonomie et me montrer avec fierté chaque nouvelle découverte. Nous avons nos jeux à nous. Nos fous rires. Nos câlins. Et cela me convient bien mieux que la fusion des débuts ! C’est drôle car c’est comme si elle avait eu un déclic et elle dit « maman » tout le temps maintenant mais est bien plus apaisée !
 
Les semaines passent, et c’est en relisant aussi cette rubirque d’instantanés de la semaine que je me rends compte du chemin parcouru et des jolis chemins qui se dessinent pour nous. C’est tellement chouette de voir cette petite puce évoluer, grandir avec sa belle énergie. Moi qui espérait tant que l’on deviendrait des complices, je crois que l’on est sur la bonne voie. Quel bonheur ! J’ai l’impression de renouer un peu avec la jolie relation que j’avais avec maman, le plaisir de faire des choses entre mère et filles. Cela apaise bien des chagrins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.