Si je prenais un peu le temps ma coquine de parler de toi et de toutes les premières fois de cette jolie année.

Du premier regard

échangé entre toi et moi. Je t’ai accueillie dans ce monde à la force de mes larmes et de ma joie. Je t’ai attrapée et je t’ai serrée fort tout contre moi. Mes yeux embrumés ne discernaient que toi. Tes jolis yeux en amande, que tu tiens de ton papa, qui ne me quittaient pas une seconde. Si calme et si concentrée. Tu semblais vouloir me dire tant de choses déjà.

De ton premier cri

lorsque l’on t’a prise à moi. Nous étions bien d’accord toutes les deux que nous voulions encore profiter de notre câlin après ce grand voyage. Mais il fallait bien vérifier que tu te portais bien. Et te faire une petite toilette pour être belle pour papa. Depuis tes cris changent chaque jour de mélodie : petites notes aiguës de joie ou de colère. Cascades de rires ou grosses tempêtes.

De ton premier peau à peau

avec lui, ce papa si impatient de t’avoir un peu. Si fier et si fragile tout à coup. Ému, fébrile, il avait peur de te briser. Si fort et protecteur avec toi. Ce papa blagueur et tendre qui faisait ces premiers pas. Avec lui tu es farceuse et espiègle. Tu guettes chaque jour la porte qui s’ouvre pour lui tendre en grand les bras.

De ta première tétée

avec moi. Pas simple du tout cette histoire. A peine venue au monde, tu m’as bien fait comprendre que tu aurais un petit caractère bien trempé, que tu ferais les choses à ta manière et quand tu l’aurais décidé.

De ta première nuit

dans le petit berceau transparent de la chambre de la maternité. Je faisais mes armes de maman. Tu étais calme mais ne dormait pas beaucoup. Je te regardais longuement. Une vraie merveille à contempler. J’étais heureuse mais j’avais tellement peur de ne pas être assez bien pour toi.

De ton premier lit

celui où j’ai aussi fait mes premiers rêves. C’était un petit bout de mon enfance que je partageais avec toi. J’ai mis grand soin à te préparer ce petit cocon pour que tu t’y sentes bien. Tu semblais flotter dedans au début alors nous y avions placé un petit matelas. Maintenant, cela fait déjà quelques mois que nous en avons changé car tu te mettais debout dedans pour faire la java.

Ton premier musée

 c’était important pour moi qui aime tant ça. Tu dormais tranquillou pendant que maman s’aérait l’esprit avec papa, et que marraine et tonton s’amusaient à tour de rôle à pousser la poussette. Maintenant, quand on visite un endroit, tu ne veux plus dormir. Tu ouvres bien grands tes yeux, ma curieuse, pour ne rien manquer !

Il y a eu tant d’autres premières fois cette année:

ton premier train, ton premier livre, ton premier voyage, ton premier rire, ton premier bateau, ta première purée, ton premier rhume, ton premier mot, ton premier chagrin, tes premiers pas à quatre pattes, ton premier avion, ton premier coucou, ta première fois debout, ta première blague, ton premier Noël…. et j’en oublie encore !

Et voilà qu’est arrivé ton premier anniversaire.

C’était le 9 janvier. Mais samedi nous allons enfin fêter cela comme il se doit, et pour rien au monde ta maman n’aurait manqué ça.
Avec toi je redécouvre le monde ma douce, ma chipie, ma pimprenelle. Maman te dit Merci. Merci pour toutes ses belles aventures.
Merci de rendre la vie si joyeuse et plein de couleurs scintillantes.
Mon monde est bien plus beau depuis que tu es là.
IMG_1158
 
Les premières fois de bébé

8 réflexions sur “Tes premières fois”

  1. Tes mots me font faire un  » petit saut » dans le passé…Des moments qu’on n’oublie jamais… Un enfant reste notre enfant toute la vie…

    1. Et pourtant j’ai déjà l’impression d’avoir la mémoire qui flanche pour les petits détails mais son grand sourire je vais avoir du mal à l’oublier… Je serai curieuse de savoir quels sont les souvenirs des petites choses qui te reviennent

  2. Oh ben tu vas me faire pleurer, ça sent trop l’amour là. Sérieusement ton texte est magnifique, moi j’imagine quand plus grande, elle lira ses mots 😀 Joyeux anniversaire à ta princesse et plein de bonheur et de premières fois pour cette deuxième année 🙂

    1. Je dois bien t’avouer que j’avais un peu la larmichette en écrivant ce texte mais de bonheur. Ton commentaire me fait penser qu’il faudrait que je prenne le temps d’écrire tout ça version papier pour être sur qu’elle puisse le lire plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.