Il y a des jours, où comme toutes les femmes je me regarde dans le miroir, et je me trouve moche. La grossesse a laissé de sacrées marques sur mon corps. Ma penderie fait grise mine. Je regarde avec envie mes fringues d’avant. Je n’avais pourtant pas un corps de modèle, je ne l’ai jamais eu, mais bien deux ou trois tailles de moins. Ces jours-là mieux vaut ne pas regarder les comptes instagram de certaines super mama, qui ayant accouché après moi ont déjà retrouvé une silhouette de jeune fille. Mais sous le fard, il y a quoi?
 
La vérité, c’est que pour rien au monde, je ne reviendrais en arrière. Je n’ai pas un corps de rêve certes, certains jours les cernes creusent mon visage, et pourtant j’ai bien plus confiance en moi que par le passé. Le regard amoureux de mon ogre y est pour beaucoup mais pas seulement. Quand je me regarde dans le miroir, je vois le chemin parcouru pour arriver jusqu’à lui. Les épreuves de ma vie. Les mauvaises rencontres.
Il aura fallu pour moi tout déconstruire pour construire une vie qui me ressemble. Est-ce que j’ai eu peur ? Bien sûr. Mais parfois il faut savoir tout quitter, partir avec son baluchon. L’essentiel est ailleurs.
Aujourd’hui, je ne suis pas parfaite mais je suis enfin celle dont je rêvais. Pas quelqu’un d’exceptionnel mais qui assume ce qu’elle est. Il me reste bien sûr beaucoup de choses que je souhaiterai accomplir. Mais cette année m’a appris beaucoup de choses sur moi.
Quand on grandit, les autres vous construisent une image, un rôle, souvent en appuyant sur certains de vos traits de caractère. Il est alors bien difficile de s’écarter de cela. Pourtant, quand on a en face de soi quelqu’un qui vous voit sans fard, vous aime pour ce que vous êtes et vous soutient, cela vous aide à développer votre potentiel.
C’est ce qui s’est passé pour moi cette année.
Je ne pensais pas être capable d’endurer 3 jours de contractions intenses pour donner la vie. Pourtant j’étais assez zen pendant cette période là et j’ai réussi à gérer la douleur jusqu’à l’arrivée de la péridurale (au bout de plus d’une quarantaine d’heures tout de même). Dire que l’on m’a toujours dit que je n’étais ni sportive, ni endurante et une vraie chochotte…
On m’a souvent renvoyé l’image d’une princesse un peu précieuse. C’est que voyez vous, j’ai l’âme d’une romantique du dix neuvième siècle après avoir lu trop de romans…. Et pourtant, partir avec mari et bébé en sac à dos à l’autre bout du monde a été une des plus belles aventures de ma vie.  Je repartirai demain sans hésitation. Et je compte bien le refaire dès que possible.
Cette année, j’ai dépassé mes peurs.
J’ai décidé de ne plus jamais me laisser faire que ça soit au travail ou dans les rapports humains. J’ai toujours détesté l’injustice. Et si je dois me battre pour faire respecter mes droits, et bien soit…
Je dois me blinder un peu plus peut être. Je suis encore un tantinet susceptible sur le regard porté sur moi par ma famille. Je prend vite la mouche quand je me sens incomprise. C’est que parfois j’aimerai qu’ils me disent qu’ils sont fiers eux aussi du chemin parcouru et que même si certains jours sont plus difficiles que d’autres, ils croient en moi….
Mais peut être que moi je sache que je peux y arriver c’est déjà beaucoup. J’aspire maintenant à un peu de sérénité.
Je suis devenue mère, femme, mais surtout je me suis trouvée moi.
Il était temps !
 
PS: Merci Margot Mchn pour les belles photos de moi que tu as prises lors de notre mariage. Je ne pensais pas que j’arriverai à me trouver jolie. C’est mieux: je me reconnais !
Design

26 réflexions sur “Cette année où je suis devenue celle dont je rêvais…”

  1. La vie est belle, avec tous ces  » petits bonheurs » qu’il faut savoir glaner… mais aussi, avec ces moments plus…disons délicats, petits cailloux ( pas ceux du Petit Poucet…) sur le chemin de la vie… Tu as un beau programme…

  2. Article très touchant! On est toutes des supers mamans!!! 🙂
    La clef du bonheur! c’est de vivre sa propre vie comme on l’entend et non pas comme les autres veulent!
    Amélie de naturelle et Audacieuse.

    1. Merci Amélie. Je crois que j’en ai fait toujours un peu qu’à ma tête mais c’est vrai que le regard des autres n’est pas toujours évident. La pression sociale n’aide pas non plus quand on prend des chemins moins conventionnels. Mais il faut tenir bon…

  3. Sommes nous à quelques kilos du bonheur, non. Sommes nous plus proches du bonheur quand on touche du doigt qui on est vraiment, évidemment. Des jolis mots. C’est beau d’être bienveillante envers soi. Que 2017 t’illumine encore… et encore !
    Bisous

    1. Merci pour ton mot Laura. Tu as raison, c’est ce que j’ai appris cette année je crois. Etre bienveillants avec les autres je l’ai toujours été, mais avec moi même pas toujours. A travailler pour propager les bonnes ondes. Je te souhaite de jolies choses pour 2017. Bisous

  4. Oh que oui, quel parcours, que du bonheur a retenir en 2016 pour toi et exprimer ses sentiments ce n est pas donné à tout le monde mais je sais qu’ils t aiment et qu’ils sont contents de ta réussite, comme nos anges et comme moi. 2017 t apportera encore du bonheur. Je t aime ma soso

    1. Oh la belle déclaration d’amour ! Merci de parler en leur nom. Ça me fait un bien fou ! Tu sais que ton avis compte beaucoup pour moi. J’espère que 2017 t’apportera le retour du soleil après la tempête. Je t’aime fort

  5. Je trouve aussi que devenir maman forge encore plus notre caractère, nous devenons plus fortes et nous laissons moins marcher sur les pieds et puis rien à faire de ne plus avoir le même corps, ce sont nos marques de maman…Il faut être fière de ce que l’on est, tu l’assumes et c’est très bien !

  6. Bonjour Sophie !
    J’ai adoré lire ton article par ailleurs je trouve cette photo magnifique !
    Je vois que du positif dans tes pensées dans ce que tu es devenues et je trouve cela très courageux que tu ais dépassés tes peurs bravo à toi !
    Je t’embrasse et très belle année à toi et ta petite famille !
    Marianne

    1. Merci Marianne ! C’est adorable. J’essaie de m’entourer d’ondes positives comme les tiennes pour bâtir un monde meilleur à ma petite échelle. Je te souhaite une très jolie année 2017 ainsi que pour tes proches

    1. C’est super gentil. Je parle sans faux semblant ici. Je te souhaite à mon tour une très belle année. Quelle soit propice à la réalisation de tes rêves. J’en profite aussi, il paraît que la bienséance accorde jusqu’à la fin du mois pour les voeux.

    1. Merci Noémie pour tes jolis compliments. Tu as raison, ce sont des atouts à mettre en valeur à la place des kilos superflus. Je savais que maman c’était un sacré job mais aujourd’hui je mesure mieux l’ampleur de la tâche ! Je te souhaite beaucoup de bonheur en 2017

  7. C’est un très joli témoignage que tu réalises ici, c’est très touchant. Je comprends ce que tu évoques lorsque tu parles du regard des autres qui nous forgent pour un temps jusqu’à ce l’on rencontre quelqu’un qui nous voit vraiment. La frustration que l’on peu ressentir de ne pas être comprise par rapport aux choix que l’on prend et ce besoin d’encouragement qui agirait comme un pilier puissant s’il était constant. Mais à travers tes mots, on peut ressentir que l’épanouissement est passé du côté de chez-toi et que ton cocon familial est devenu ton pilier. C’est merveilleux. Alors belle évolution à toi

    1. Merci Alicia pour tes mots si gentils. Je ne sais pas ce qui m’attend encore mais c’est vrai que j’imagine le chemin bien plus joli, et puis une infinité de possibles aussi. Je crois que j’ai renoué finalement avec le caractère joyeux et optimiste que j’avais enfant. Je te souhaite aussi plein de jolies choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.