Savon de marseille Fer à cheval

Une envie de nature avec la savonnerie Fer à cheval

Il y a quelques mois, je vous avais fait part de mon envie d’évoluer au fur et à mesure dans mon mode de consommation. J’ai eu l’occasion cet été de découvrir les produits de la savonnerie Fer à cheval. Je vous raconte.

Changer sa manière de consommer, et revenir  à l’essentiel

Depuis que je suis maman, j’ai vraiment à coeur de réfléchir à ma manière de consommer. Que ce soit la qualité des produits, mais également la façon dont ils sont fabriqués. Je ne m’étais pas encore penchée vraiment sur le domaine de la beauté ou de l’hygiène. J’avais d’abord entamé ma réflexion sur l’alimentation et les produits d’entretien. Pour bébé, je connais des marques en qui j’ai confiance. Mais pour moi-même,  je ne savais pas trop vers où me diriger. Je souhaitais en effet changer mes habitudes et me tourner vers des savons et shampoings solides. De préférence made in france.

Savonnerie fer à cheval Savon huile végétale

Le savoir-faire traditionnel et authentique d’une savonnerie

La savonnerie Fer à cheval existe depuis 1856 et est spécialisée dans le savon de Marseille. Voilà de quoi me rassurer.

J’ai été convaincue par les savons que j’ai découvert cet été sous la forme de kit de voyage. Vous le savez, nous avons la bougeotte en famille donc c’était parfait pour nous. Nous l’avons glissé dans notre valise, direction les Alpes. Dedans, un savon à l’huile d’olive, l’autre à l’huile végétale. C’était les débuts de ma grossesse, et j’ai trouvé cela rassurant d’utiliser sur ma peau des produits dont je connaissais la composition.  Ici pas de conservateur, de colorant, de parfum ou de graisses animales. Pas d’huile de palme non plus.

Savonnerie fer à cheval Kit de voyage

 

Un savoir-faire transmis de génération en génération avec une saponification à l’ancienne en chaudron. Et moi je trouve ça chouette de soutenir ce savoir traditionnel. C’est le genre de valeur que je souhaite transmettre à mes enfants.

Si avec les premiers frimas, vous commencez à penser à Noël. J’ai repéré de chouettes coffrets beauté et aussi un savon sous forme de bûche qui feront de parfaits cadeaux pour toute la famille.

Savonnerie fer à cheval cadeaux de Noël

 

Bandeau bébé / maman why mama shop

Instantanés de la semaine (L’inde à Paris)

Nos lundis, ces moments que l’on optimise au mieux pour faire le plein d’amour et de rires pour la semaine. Et ce qui est encore mieux, c’est quand on redécouvre la ville où l’on vit. Lundi dernier c’était l’Inde à Paris pour nous.

Découvertes sous le signe de l’Inde à Paris

Alors ma petite a enfilé son t-shirt éléphant et son petit legging rose fushia inspiration bollywood  de La compagnie des petits, pour aller voir les bijoux des maharajas scintiller au Grand Palais dans l’exposition Joyaux. La mise en scène était magnifique et j’ai regretté de n’avoir pas le droit de prendre en photo ma petite les yeux brillants devant les diamants des parures des turbans.

Et puis on a rejoint une amie pour une ballade aux tuileries. J’entends encore Salomé rire avec son papa en se lavant les mains. On a repris tous les trois la marche comme on aime tant, et j’ai insisté pour aller passage Brady, empli de souvenir de mes années bohèmes, pour un repas de naans et de plats tandoori pour finir la journée en beauté.

Les instantanés de la semaine, c’est aussi le quotidien …

Du reste de la semaine, il y aura eu beaucoup de tâches administratives et ménagères à rattraper. Rien de bien passionnant mais prenant prenant. Et puis la visite de la nouvelle crèche qui prendra le relais au mois d’août. Salomé était excitée de découvrir le nouveau bâtiment et les lapins dans le jardin.

et les petites surprises !

Cette semaine on a aussi mis le joli bandeau de why mama gagné sur le compte instagram de Cynthia. Et j’avoue elle me fait craquer ma coquine comme ça. J’en ai un assorti et j’espère bien que mon petit frère me fera un jour de jolies photos mère/fille: Si tu passes par là Edouard 😉

Et vous votre semaine?

Journal neveo pour les personnes âgées

Comment prendre soin de nos grands parents quand on habite loin?

Il y a quelques semaines sur le blog, c’est les yeux plein de larmes que je tapais quelques mots sur mon clavier pour vous parler de mon papi, et du courage de ma grand mère. Et puis en regardant autour de moi, j’ai vu à quel point nous étions bien entourés avec l’ogre, qui a aussi deux mamies. Combien il était important de les chérir nos grands parents. De prendre soin d’eux. Je vous parle alors de ma découverte de my neveo.

La peur de laisser ceux que l’on aime seuls…

C’était ma crainte, peut être la plus grande, quand j’ai su que mon papi allait s’éteindre. De voir ma grand mère se laisser glisser doucement avec lui. J’avais peur qu’elle se retrouve seule. Je me sentais démunie car les coups de fils ne remplacent pas la présence.

Elle a tant fait. Ma grand mère est devenue une deuxième maman quand la mienne n’était plus là. Elle m’a accueillie chez elle et a veillé sur moi pendant mon année de prépa. Elle me faisait des petits plats. Me forçait à dormir quand je ne me l’autorisais pas car j’avais une montagne de devoirs. Elle me félicitait quand j’avais  une bonne note. M’encourageait avec un  riz au lait et un petit café pour me remonter le moral quand ça n’allait pas.

Bref, elle a toujours était là. Et quand je suis partie vivre à Aix en Provence puis Paris le téléphone lors des trajets piétons est devenu notre petit rituel. Je regrettais seulement de ne pas pouvoir lui montrer en image cette nouvelle vie.

Et puis papi est parti… J’avais oublié dans l’équation que ma grand mère est une force de la nature. Et qu’elle a vite repris le chemin des stades pour aller prêter main forte à l’arbitrage lors des compétitions d’athlétisme des gamins du Havre. J’avais oublié aussi que ses propres enfants et mes cousins seraient là aussi pour veiller sur elle. Alors moi, je continue à l’appeler comme ce matin où le téléphone sonne dans le vide car elle a du aller faire ses petites emplettes…

Quand nos grands parents habitent loin de nous

De son côté, l’ogre a deux supers mamies qui se sont relayées toute son enfance pour s’occuper de lui. L’une veillant sur lui tous les week-ends,  l’autre l’emmenant en vacances. La première, habite à Paris. Elle a aussi plusieurs enfants et petits enfants qui sont auprès d’elle. Nous sommes allés passer un moment avec elle dimanche. Toujours rempli de rires et de chansons d’autrefois.

Et l’autre alors? C’est pour elle que je m’inquiète. Elle est seule en Bourgogne. Aucune autre famille que nous. Le papa de l’Ogre est fils unique. Et ce qui complique grandement c’est que, vous devez le savoir si vous me lisez régulièrement, si notre mimi entend, le reste de la famille est sourde. Donc ne peut pas l’appeler au téléphone.  Je sais qu’elle se plaint souvent de la solitude. Elle se sent vite abandonnée. J’ai pu voir dans mes études d’art thérapeute à quel point il était difficile pour les personnes âgées d’être seules. Combien cela pouvait aussi entraîner la chute de leurs différentes capacités, la mémoire notamment.

Comme nous ne pouvons pas aller souvent en Bourgogne. Nous essayons de mettre en place des petites attentions comme lui faire livrer des fleurs à la fête des grands mères. Mais ce n’est pas évident. Et sans doute pas suffisant. L’ogre régulièrement essaie de lui apprendre à manier le téléphone portable mais ce n’est pas gagné pour autre chose que les sms.

My neveo un magazine pour nos grands-parents

La bonne idée de my neveo

J’ai découvert il y a peu quelque chose dont je voulais vous faire part aujourd’hui car je trouve que c’est le genre d’initiative qui rend le monde meilleur. C’est un site internet qui s’appelle myneveo.com .

J’ai beaucoup aimé discuter avec son fondateur, Simon Desbarax qui m’a parlé de son expérience d’expat et de la difficulté de garder le lien avec sa grand mère. Le monde serait bien meilleur si il voyait fleurir autant de start up aussi humaines !

Le principe de my neveo est donc créer en famille un magazine mensuel papier qui sera reçu par courrier par le grand père ou la grand mère. Pour le fabriquer cela marche comme une plateforme où plusieurs membres de la famille peuvent télécharger des photos et des commentaires comme ils le feraient sur des réseaux sociaux comme facebook ou instagram. Et à la fin du mois, le tout est édité et envoyé sous forme de magazine.

Je trouve ça vraiment génial car nos grands mères n’ont pas internet et donc ne voient jamais les photos. Et puis, nous qui sommes des geeks complets, le côté ludique de la mise en page des images nous correspond bien. Alors, ce mois-ci notre mimi de Bourgogne aura donc la surprise d’avoir dans sa boîte  aux lettres des photos des exploits sportifs de ses petits enfants lyonnais et les premiers pas de notre coquine à l’île de ré. Je suis sûre que cela lui fera un plaisir fou et que ce petit lien entre nous va devenir pour elle un joli rendez-vous.

 

Un petit concours sur le blog

Et comme nos mamies sont aussi des mamans, je vous propose de penser à elles et de participer à un petit concours pour la fête des mères. Neveo vous fait gagner votre premier magazine pour vos aînés . Il vous suffit de vous abonner à leur page facebook et à la mienne, et de m’écrire en commentaire ici que vous participez. Vous avez jusqu’à dimanche minuit.

Je vous souhaite bonne chance.

 

Edito: C’est le numéro 4 qui a était tiré au sort… Cindy tu vas pouvoir envoyer un journal à l’une de tes grands mères. Je transmets ton mail à l’équipe de My neveo.

Edito BIS: Bonne nouvelle ! My neveo offre à tous les participants leur premier magazine avec le code VOX88 . 🙂

13 Endroits insolites pour changer une couche !

Quand on est parents et que l’on a la bougeotte, on se retrouve parfois dans des situations très cocasses avec bébé. Vient le moment où le changement de couche est inévitable. Et comme bébé est farceur il choisit souvent l’endroit le plus insolite pour que ses parents se retrouvent dans le caca (pardonnez moi l’expression mais ici c’est au propre comme au figuré !).

Des souvenirs rigolos

J’en ai sans doute oublié déjà, mais en 16 mois il y a quelques souvenirs qui nous font bien rire aujourd’hui. Sur le coup, je ne vais pas vous mentir, c’était souvent une vraie galère. Déjà parce que quand l’endroit n’est pas adapté à la tâche ardue il vous faut prendre une décision rapide avec bébé qui hurle d’où vous mettre. Si possible un endroit isolé pour ne pas gêner les gens avec ces odeurs et ces visions de paradis. Encore mieux un endroit à peu près confortable. L’idéal à hauteur pour qu’on ne se torde pas le dos. En vrai ces trois critères sont rarement réunis. Alors ça donne des endroits comme…

 

Les endroits insolites où nous avons changé une couche

* le gazon du parc de la Villette

* les sièges des trains corail Rouen-Paris

*  la banquette des restaurants Lyonnais

* Par terre dans des toilettes d’un minuscule restaurant japonais

* sur le sable breton et les plages de Toulon

* sur un banc en pleine campagne normande

* dans la voiture de papi aux abords d’une forêt Havraise

* dans le métro japonais

* sur une botte de paille du festival La briche foraine

* dans les toilettes de l’avion paris-Tokyo

* par terre dans le dressing de mon petit frère

* sur l’herbe des buttes chaumont

* sur un matelas de sport lors d’une compétition de gym de la cousine à Grenoble

Couche Lotusbaby

Heureusement, il y a de plus en plus d’endroits adaptés aux bébés avec des tables à langer dans les toilettes: cafés, musées, restaurants on a parfois de bonnes surprises. Et puis sinon on s’équipe tout de même avec du matériel de puériculture pratique pour se faciliter la tâche.

Les couches Lotusbaby touch

Question couche, j’ai été convaincue par celles de Lotusbaby touch que j’ai découvert la semaine passée à Coworkcrèche. Je vous en avez parlé dans l’article sur la toilette de bébé, je suis attentive à la fabrication en terme de sécurité pour bébé et aussi de norme environnementale. Si pour la maison depuis la naissance j’utilise des carrés lavables, pour les sorties des lingettes exceptionnellement peuvent dépanner. Quand aux couches, il en faut des pratiques à mettre, confortables pour bébé et élastiques pour les mouvements. Là c’est nickel. Je pense aussi que l’on va maintenant se diriger vers des couches culottes car Salomé bouge tellement et veut participer maintenant , donc ça sera bien plus facile de la faire coopérer en lui enfilant debout que de se battre avec elle.

 

Et vous ? Des endroits insolites?

Des conseils à me donner pour nos prochaines escapades?

Visiter Miyajima au Japon avec bébé

Un voyage au Japon avec bébé haut en couleurs

J’aime le noir et blanc, je trouve que cela véhicule beaucoup d’émotions en photographie. C’est comme si l’absence de couleur permettait au regard de se focaliser sur les regards des personnes capturées sur la pellicule, leurs expressions, ou encore les lignes d’un paysage. Mais parfois, la couleur c’est beau aussi. Et notre voyage au Japon avec bébé cet automne a été source de ravissement de ce côté. Les arbres avaient revêtus leurs plus beaux habits pourpres mais aussi jaunes, verts, dorés, oranges. Toutes ces nuances créent un festival de couleurs.

Le Japon en automne: un festival de couleurs

Des souvenirs magiques immortalisés en photo

Même si vous avais montré les bons côtés de cette destination dans un article sur le japon avec bébé. Je reviens en image et en couleurs sur ces trois semaines incroyables qui nous font encore briller les yeux quand on en parle et dont j’ai gardé quelques habitudes .

J’ai tellement de photos que j’ai eu beaucoup de mal à en sélectionner.

 

Notre itinéraire de voyage au Japon avec bébé

N’hésitez pas à cliquer sur les semaines de l’itinéraire: j’avais tenu sur le blog un journal de bord du voyage…

Première semaine / Deuxième semaine /Troisième semaine

 

Et les jolies choses à faire, en vidéo

Donc, je vous ai concocté aussi une vidéo avec nos souvenirs. Je ne savais pas à ce moment là que j’allais lancer ma chaîne youtube donc c’est un petit complément. J’ai choisi de vous montrer certains des moments forts de notre voyage !

Depuis notre retour, notre puce est aussi accro que nous à la gastronomie japonaise. Dernièrement nous avons eu la surprise de la voir se goinfrer d’un bol de tofu, de riz et surtout d’edamame dont elle raffole !

Alors, si vous souhaitez initier les enfants à la nourriture nippone, n’hésitez pas à aller faire un tour chez Matsuri qui offre aux petits un carnet d’activités dans leurs restaurants. De quoi les occuper tout en leur apprenant des choses pendant que vous mangez tranquilles ! Ma Salomé étant trop petite, ce sont mes neveux qui en ont profité. C’était l’occasion pour moi de leur parler de notre voyage, des endroits que nous avions vu, ect…

Et vous, voyager au Japon ça vous tente?

IMG_2178

 

 Lunettes de soleil en bambou Shinywood modèle Euskadi