IMG_1536

Le jour où je t’ai rencontré #4: l’évidence

Il y a des jours tous gris, ceux où votre coeur et la météo sont au diapason. Ceux où vous ne savez plus si les gouttes qui coulent sur vos joues sont faite de larmes ou de pluie. Et là, l’évidence d’une belle histoire d’amour vous saute aux yeux et vous réchauffe. C’est ce qui c’est passé pour moi lorsque j’ai ouvert la lettre de la blogueuse Picou Bulle qui m’a gentiment confié l’histoire de sa rencontre avec son amoureux. Je ne vous en dit pas plus et je lui laisse la plume…

 

Le jour où je t’ai rencontré a fait de moi ce que je suis maintenant et a changé ma petite vie tranquille.

Si je veux la raconter aujourd’hui, notre petite histoire, c’est justement parce qu’elle est toute simple, toute bête, et bien plus courante qu’on ne le croit, je pense. Et parce qu’elle me semble bien montrer que ce grand bonheur qu’on attend toutes, il faut parfois se donner quelques petits coups de pieds aux fesses pour l’atteindre, parce qu’il ne vient pas toujours toquer tout seul à la porte.

Ma vie sentimentale a toujours été très discrète – j’ai toujours préféré être seule que mal accompagnée, comme on dit, et j’ai du coup présenté peu de mes petits copains à mes proches (non que j’en ai eu 30000!) , parce que je savais souvent que ça ne donnerait rien à long terme. Par dessus cela, je dois bien avouer avoir longtemps été très timide, sentimentalement parlant, et aussi, n’avoir pas eu tant d’occasions que ça de rencontrer des hommes qui me plaisaient vraiment.

Alors, l’âge avançant, évidemment, j’ai commencé à me sentir un peu seule, à voir mes copines me raconter leurs histoirs et la voix de la raison m’a rattrapée…Si je ne rencontre personne dans ma vie de tous les jours, il y a peu de chances que le prince charmant sonne tout seul à ma porte, et il va bien falloir que je fasse quelque chose pour le rencontrer!

Je me suis alors battue contre mes réticences, et j’ai fini par m’inscrire sur deux sites de rencontres en ligne gratuits, pour voir.

Sur le premier, le plus connu – meetic – j’ai alors créé un profil, sur lequel je ne pouvais pas directement accéder aux e-mails que l’on m’envoyait (sauf en payant, et je n’y étais pas prête) ; et je recevais surtout des contacts de beaucoup de gros lourds, objectivement. Je m’en suis donc très vite désintéressée. Sur le deuxième, qui me semblait un peu plus sérieux et plus détaillé (match, pour ne pas le nommer), j’avais des contacts plus approfondis, mais qui ne donnaient rien.

Il s’est dont passé plusieurs mois sans rien, et je commençais à me désintéresser de la méthode en ligne et de son aspect « catalogue » pas trop fait pour moi. Je n’allais plus beaucoup voir le deuxième site, et meetic, je n’y allais plus jamais.

 

IMG_1537

Seulement…et bien seulement j’ai eu un petit coup de pouce du destin.

Et surtout, de toi, mon mon futur mari, qui a eu l’intelligence de mettre ton e-mail en titre du message que tu m’a envoyé (et que pourtant je ne pouvais pas lire!), pile le seul soir en près de 6 mois, où je me suis reconnectée au site en ligne. Alors, je suis allée voir ton profil. Qui m’a plu. Et je t’ai envoyé un mail.

Quelques échanges sur msn plus tard (oui, c’est vieux, msn depuis, c’est ringard, à moins même que ça n’existe plus!), j’ai combattu ma timidité en acceptant de te rencontrer en vrai (au final, je crois qu’il vaut mieux vaut se rencontrer vite, au lieu d’idéaliser!). Et on s’est finalement rencontrés en vrai, un beau soir de décembre, à Lyon.

Comment-te dire? Pas le coup de foudre romantique des films, avec paillettes dans les yeux et musique sirupeuse. Mais un coup de foudre beaucoup plus profond encore – pas la passion subite, mais juste, le naturel, la sensation que tout se déroulait comme il faut, comme ça devait être, sans me poser de questions. Et quelque part déjà, au fond du coeur, le sentiment que tout était là, que ça marcherait. Que cette fois, c’était la bonne.

Tout était si naturel, si évident! Bref, l’apéro qui devait me permettre de m’échapper si je voulais, s’est prolongé toute la soirée, on s’est vus, on s’est revus, j’ai d’abord dit « je garde mon indépendance, chacun chez soi », puis au bout de deux semaines on était toujours collés chez l’un ou chez l’autre, mais ensemble, donc au final on vivait presque déjà ensemble.

Et puis la vie à deux a suivi son cours, si naturellement, si logiquement que toutes ces questions que je me posais avant, je ne me les suis jamais posées avec toi. Moi la célibataire endurcie, je suis devenue l’amoureuse ; moi l’indépendante, je suis devenue câline et attentionnée ; moi la grande Picou, je me suis sentie petite enfin, au creux de tes bras.

Et puis, quand on est sûre, que notre coeur sait que c’est celui là et pas un autre, tout s’emballe, et ta vie se chamboule tout en douceur, sans même que tu t’en rendes compte. J’ai vite lâché mon petit appart pour ton petit nid douillet. On a fait de beaux voyages, de beaux projets. On a partagé nos vies, nos amis, nos familles, le plus naturellement du monde.

Et puis il y a eu ce voyage à New York, cet émerveillement, et cette demande en mariage en haut de l’Empire State Building (rien que ça! La classe!). Mon grand Oui, évidemment, et puis l’année d’après, notre premier achat d’appartement, notre beau mariage en Auvergne, cette cérémonie laïque dans ce grand parc en plein soleil, nos larmes d’émotion, notre joie si parfaite.

IMG_1530

Et puis cette première ligne bleue, ce bonheur complet, cette grossesse épanouie, ce gros bébé joufflu, cette petite fille si adorable.

Et puis cette envie d’encore plus, cette deuxième ligne bleue, ou plutôt rose, encore ; ce nouveau bébé joli, cette nouvelle petite poupée si malicieuse et ses frisettes folles.

Et puis…

Et puis toujours l’amour, qui résiste au quotidien, intact. Ces hauts, ces bas, bien sûr, comme tout le monde, mais cette certitude au fond de mon coeur, qu’en te rencontrant toi, j’ai rencontré ma vie. Celle qui m’attendait, et qui correspond à mes rêves d’enfant. Celle qu’il m’a donné, le jour où je t’ai rencontré.

Et puis le sentiment que j’ai toujours su. Que quoi qu’il arrive, c’était toi le bon, l’homme de ma vie. Et que je l’ai su, rétrospectivement, dès la minute où je l’ai rencontré, dès cette minute où l’appréhension s’est transformée en confiance.

Alors voilà. L’histoire de notre rencontre, elle est banale, elle est si courante. Mais en rencontrer un seul, le bon, et juste parce que j’ai lu son mail, et seulement celui-là, alors que je ne me connectais plus depuis 6 mois, je prends ça comme le destin.

Et tout ce qui en a découlé, de ce jour où je t’ai rencontré, moi, j’appelle ça de la magie. Je te remercie pour ce que tu m’a apporté, et que tu m’apportera encore.

Alors, même si je te le dis déjà 12000 fois par jour, moi qui ne l’avais jamais vraiment dit avant toi,  j’ai juste envie de te le  dire encore :

je t’aime, mon Jules.

 

Je te remercie encore Picou Bulle pour ses mots qui m’ont fait du bien et la confiance que tu m’accordes en livrant ici ton histoire.

 

Et si vous aussi vous avez une belle histoire de rencontre à me confier, n’hésitez pas à m’écrire: madameogresse@yahoo.com

IMG_1498

Le jour où je t’ai rencontré #2: Ying /Yang

Il y a des histoires qui vous bouleversent dès les premiers mots. Il y a des amours évidents, complémentaires, tels le Ying et le Yang. Il y a des gens qui vous touchent, sans même les avoir jamais rencontré.

Aujourd’hui sur le blog, je suis très reconnaissante à Maman des formes de m’avoir confiée sa magnifique déclaration d’amour à son mari. Lorsqu’elle m’a contacté, je savais qu’ils vivaient une période douloureuse de leur vie. Leur complicité, leur force, leur amour forcent mon admiration.

Dans ma vie, j’ai eu la chance ou le malheur, je ne saurais dire, de voir des couples unis à toutes épreuves. De ceux qui gardent le sourire même quand la vie les bouscule. De ceux qui ne perdent jamais de vue l’essentiel. De ceux qui traversent tout à deux main dans la main. C’est ce qu’on appelle le grand amour. Celui qui ne s’enfuit pas lâchement à la première difficulté mais la transforme en force.

Je vous laisse avec la lettre que maman a des formes a écrite pour son amoureux…

IMG_1500

Le jour où je t’ai rencontré, ça a été une évidence.

Tel le Ying qui rencontre le Yang, nos personnalités, pourtant si différentes, se sont accrochées l’une à l’autre pour ne former qu’un. La terre a su dompter le feu. La patience a su calmer l’impatience. La tranquilité a su rassurer peu à peu l’angoisse. La bienveillance a su chasser le manque de confiance en soi.

De nos deux caractères si différents, nous avons façonné un équilibre. Notre équilibre.

Emménager ensemble, se pacser, puis se marier s’est fait naturellement. C’était la logique des choses. J’avais enfin trouvé mon ami, mon amant, mon amour.

Et puis un jour, la maladie est venue bousculer nos vies comme une balle dans un jeu de quilles. Nos rêves et nos projets ont été stoppés ou mis de côté d’un coup. Mais notre équilibre, lui, n’a pas vacillé.  Face au problème, nous avons choisi de nous battre pour réaliser tous nos rêves ensemble, plus soudés que jamais.

Tout comme le Ying et le Yang, c’est notre union qui fait et qui fera toujours notre force.

Je t’aime.

Ta femme à toi.

IMG_1502

Merci encore Maman a des formes, pour la confiance et ces mots qui inspirent le courage d’aimer à toute épreuve.

 

Si vous avez vous aussi une belle histoire d’amour, d’amitié, de rencontre à partager. Vous pouvez m’écrire à cette adresse madameogresse@yahoo.com

Le jour où je t'ai rencontré : magie

Le jour où je t’ai rencontré #1: Magie !

Le jour ou je t’ai rencontré, c’est un nouveau rendez vous sur le blog plein de magie.

Il y a quelques semaines sur facebook, j’envoyais une bouteille à la mer pour recueillir des histoires d’amour. Vous le savez, dans ce petit espace de liberté qui est le mien ici, sur le blog, j’aime parler d’amour et de tendresse. On ne dit jamais trop aux gens qu’on les aime. Je ne sais pas si ça vous fait le même effet, mais moi, quand je lis de belles histoires, ça me fait un bien fou. Pas de jalousie mais au contraire, une bouffée d’ondes positives. Et dans ce monde parfois si pessimiste, cela fait du bien.

Si vous avez envie de propager aussi un petit peu d’amour, de magie, me raconter une histoire de rencontre (l’amitié, la parentalité ça marche aussi), n’hésitez pas  à m’envoyer un mail à madameogresse@yahoo.com

Ma jolie fannette m’a offert un bien joli cadeau, celle de publier ici une lettre pour son amoureux en ce jour de Saint Valentin. Il faut que je vous dise tout de même que cette histoire là, j’en ai suivi chaque épisode. Une vraie série à rebondissements, bien plus drôle et émouvante qu’ How I met your mother. Assister à leur rencontre, les prémisses de leur amour, être le témoin de leur mariage, ça restera une des plus belles choses de ma vie. Leur histoire est de celle qui m’a donné envie d’y croire quand je n’avais que des rencontres foireuses, de me dire qu’un jour moi aussi je trouverai celui qui m’aimerait pour ce que je suis et qui m’embarquerait à l’aventure pour parcourir le monde. Ça a fini par arriver et j’ai rencontré mon ogre… Magie !

Merci les amoureux de me faire toujours une petite place à vos côtés sans jamais me faire sentir de trop. D’être de ces couples aussi qui partagent leur amour avec les autres plutôt que de vous replier sur vous-même. Vous êtes des amoureux très inspirants !

J’en profite au passage pour vous souhaiter à tous une très belle saint Valentin, que vous soyez seul ou en couple, n’arrêtez jamais d’y croire.

Je laisse la plume à Fannette

 

Le jour où je t’ai rencontré…

Le jour où je t’ai rencontré, tu avais concocté un repas mexicain pour réchauffer les soirées d’hiver. Quoique, à Aix, les soirées ne manquaient pas de chaleur…
Et qu’à ce dîner il y avait plus de Tequila que de tortillas !
Ta bouille d’étudiant à l’accent sympathique, une belle tignasse brune et un sourire de côté malicieux, en disaient long sur le spécimen…

Mais qui aurait pu prédire que 10 ans plus tard je t’écrive une lettre d’amour sur le blog de ma douce Sophie ? Douce Sophie bien présente à ce dîner là et qui en garde également quelques souvenirs impérissables. N’est-ce pas ?

IMG_1413

Oui je parle bien de lettre d’amour… je peux me le permettre, aujourd’hui c’est la Saint-Valentin d’une part, et de l’autre Sophie en raffole. Voui voui. Donc ce n’est pas elle qui va me brimer, bien au contraire !
Mon magicien,

Je ne pourrai jamais te dire assez Merci.
Merci de ta douceur qui me fait tant de bien, de ton humour qui rend la vie joyeuse et de tes surprises qui mettent du piment à nos journées.
Merci d’être là pour moi, de me donner du courage lorsque j’en ai besoin et de ta confiance qui me donne des ailes.

Tu as toujours ce regard ravageur que tu utilises à bon escient. Tu n’es plus vraiment le même qu’il y a 10 ans, c’est vrai, tu es même mieux !! (et si tu en doutais, je suis très objective). Je ne parle pas des cheveux qui ne reflètent plus vraiment l’insouciance de nos 20 ans, ni du costume si bien porté qui a remplacé les jeans Diesels troués…
Non je parle de la personne que tu es devenu et que j’admire.
Du papa qui prend soin de sa fille et qui l’observe grandir avec tendresse.
Et aussi du mari qui se réveille à mes côtés chaque matin avec l’envie d’avancer ensemble.

Merci mon Amour !

Joyeuse Saint-Valentin de ta Fannette,
사랑해

 

Et puis le jour où je t’ai rencontré était finalement aussi très spécial car les 3 amis présents à ce dîner font aujourd’hui partis de ceux que l’on compte sur les doigts de la main. Ma douce Sophie ❤ La vie ne serait pas la même sans toi.

Comme tu l’as si bien écrit dans ton précédent article, l’amour c’est comme une fleur ça s’arrose un peu chaque jour !