IMG_2565

Quelques conseils pour voyager enceinte à Bali

Quand j’ai écris mon article sur les raisons qui m’ont poussée à voyager enceinte à Bali, j’étais loin de soupçonner le nombre de futures mamans qui m’écriraient en me demandant conseils. Avec du recul, je comprends un peu mieux car moi aussi j’ai cherché des réponses pendant des heures sur le net avant de partir avec mon petit bidon pour l’Indonésie. Alors voici quelques conseils pour toi future maman voyageuse si tu passes par là…

IMG_2557

Avant le départ

La première chose à faire est d’aller voir le médecin qui suit la grossesse (gynécologue, sage femme ou médecin traitant). Lui seul sera en mesure de te dire si ta condition te permet de voyager. Les premiers mois j’étais très fatiguée par le travail mais ma santé n’était pas encore en danger. Il y avait donc moins de risque pour moi et mon bébé à prendre des vacances très loin qu’à rester travailler !

Si tu as l’aval de ton médecin, alors fonce. Je crois que la seule condition était que mes vaccins soient à jour avant mon début de grossesse. N’hésite pas à poser la question.

Pour les moustiques en pharmacie on peut te conseiller des produits répulsifs compatibles avec la grossesse (sorte de stick) mais je ne les ai pas beaucoup utilisés. En dépit des rizières et de l’humidité je n’ai pas été envahie par les moustiques du tout. Mais il vaut mieux prévenir au cas où.

IMG_2566Le vol

Pour l’avion pense à des chaussettes de contention et n’hésite pas à demander au médecin quelque chose pour les nausées (ça peut les accentuer). Dégourdis toi les jambes un peu pendant le vol aussi.

Nous avons transité 4 jours par Singapour à l’aller pour récupérer du premier vol et du stress parisien, et on a aussi beaucoup aimé cette autre palette du voyage. On est partis 3 semaines en tout, mais j’ai trouvé que cette escale avait vraiment facilité le voyage.

Notre hôtel

Nous avions fait le choix d’un hôtel très beau et confortable à Ubud, car nous savions que nous risquions d’y passer beaucoup de temps avec mes nausées (pas que) matinales. Le cadre était magnifique. Nous étions totalement dépaysés. Nous avions vu sur la nature balinaise. Il y  avait plusieurs piscines et le restaurant était top (et pas cher!).

IMG_2554

Nos visites

Pour le soleil, les précautions d’usage. Je pense que le plus important c’est de t’écouter quand tu es fatiguée. Il y a eu des jours où j’avais de très fortes nausées et je n’ai pas quitté l’hotel (j’étais à 3 mois de grossesse) et d’autres où on a pu faire des ballades dans les rizières ou les temples. Chaque grossesse est différente.

IMG_2555

Pour avoir un séjour reposant, nous avons fait le choix de rester à Ubud les trois semaines plutôt que de se lancer dans un périple.

Pourquoi Ubud? Parce que plus que la plage, c’est la culture balinaise qui m’intéressait. Et peut être aussi un peu à cause du livre Mange, prie, aime dont une partie de l’histoire se passe là-bas.

Quoi faire à Ubud? Les spectacles de danse balinaise, la forêt des singes, le museum Puri Lukisan, les temples, le marché, le Neka Art Museum, randonnée en rizière et repas chez l’habitant (bon j’ai pris que du riz et des légumes cuits 😉 )

IMG_2549

En excursion depuis Ubud si tu as la pêche: Voir la montagne Agung, Gunung kadi, le temple Tirta Empul, Luwak coffee farm, Mount Kawi…  Et j’en oublie !

A toi de voir si tu es assez en forme pour faire un circuit et aller par exemple aux îles gili ou Lombok. En temps normal c’est ce que nous aurions fait sans ces satanées nausées (vomissements!). Si toi tu te sens en pleine forme pourquoi pas!

Mon amoureux lui est allé faire du rafting un matin pour que je puisse me reposer à la piscine. Il m’a dit que Sungau Ayung était très beau aussi. Voilà une idée pour celui ou celle qui vous accompagne si vous devez rester tranquille une demi journée.

Par contre scooter interdit ! Nous avons pris pour les escapades des taxis, certains font mêmes guides en anglais. Tu peux te renseigner sur place. Nous avions demandé à la réception de notre hôtel.

Pour les massages là encore précaution. Choisis des massages très doux, précise que tu es enceinte et huiles essentielles interdites.

IMG_2552

Côté alimentation

Pour la toxoplasmose pas de crudité, mais il y a des plats à base de riz et de légumes cuits délicieux. Le plus connu le Nasi Goreng, qui m’a d’ailleurs été recommandé par le prestigieux chef Degan Septoadji lors de son séjour à l’Hotel Intercontinental à Paris. Sinon pour moi question envie de grossesse c’était pastèque et thé vert à toute heure !

 

J’espère avoir répondu à tes questions et t’avoir rassuré. N’hésite pas à m’en laisser d’autres en commentaire, je compléterai  l’article au fur et à mesure.

Je te souhaite un joli voyage à Bali…

IMG_2501

Comment prendre soin de nos grands parents quand on habite loin?

Il y a quelques semaines sur le blog, c’est les yeux plein de larmes que je tapais quelques mots sur mon clavier pour vous parler de mon papi, et du courage de ma grand mère. Et puis en regardant autour de moi, j’ai vu à quel point nous étions bien entourés avec l’ogre, qui a aussi deux mamies. Combien il était important de les chérir nos grands parents. De prendre soin d’eux.

C’était ma crainte, peut être la plus grande, quand j’ai su que mon papi allait s’éteindre. De voir ma grand mère se laisser glisser doucement avec lui. J’avais peur qu’elle se retrouve seule. Je me sentais démunie car les coups de fils ne remplacent pas la présence. Elle a tant fait. Elle est devenue une deuxième maman quand la mienne n’était plus là. Elle m’a accueillie chez elle et a veillé sur moi pendant mon année de prépa. Elle me faisait des petits plats. Me forçait à dormir quand je ne me l’autorisais pas car j’avais une montagne de devoirs. Elle me félicitait quand j’avais une bonne note. M’encourageait avec un  riz au lait et un petit café pour me remonter le moral quand ça n’allait pas. Bref, elle a toujours était là. Et quand je suis partie vivre à Aix en Provence puis Paris le téléphone lors des trajets piétons est devenu notre petit rituel. Je regrettais seulement de ne pas pouvoir lui montrer en image cette nouvelle vie.

Et puis papi est parti… J’avais oublié dans l’équation que ma grand mère est une force de la nature. Et qu’elle a vite repris le chemin des stades pour aller prêter main forte à l’arbitrage lors des compétitions d’athlétisme des gamins du Havre. J’avais oublié aussi que ses propres enfants et mes cousins seraient là aussi pour veiller sur elle. Alors moi, je continue à l’appeler comme ce matin où le téléphone sonne dans le vide car elle a du aller faire ses petites emplettes…

De son côté, l’ogre a deux supers mamies qui se sont relayées toute son enfance pour s’occuper de lui. L’une veillant sur lui tous les week-ends,  l’autre l’emmenant en vacances. La première, habite à Paris. Elle a aussi plusieurs enfants et petits enfants qui sont auprès d’elle. Nous sommes allés passer un moment avec elle dimanche. Toujours rempli de rires et de chansons d’autrefois.

Et l’autre alors? C’est pour elle que je m’inquiète. Elle est seule en Bourgogne. Aucune autre famille que nous. Le papa de l’Ogre est fils unique. Et ce qui complique grandement c’est que, vous devez le savoir si vous me lisez régulièrement, si notre mimi entend, le reste de la famille est sourde. Donc ne peut pas l’appeler au téléphone.  Je sais qu’elle se plaint souvent de la solitude. Elle se sent vite abandonnée. J’ai pu voir dans mes études d’art thérapeute à quel point il était difficile pour les personnes âgées d’être seules. Combien cela pouvait aussi entraîner la chute de leurs différentes capacités, la mémoire notamment.

Comme nous ne pouvons pas aller souvent en Bourgogne. Nous essayons de mettre en place des petites attentions comme lui faire livrer des fleurs à la fête des grands mères. Mais ce n’est pas évident. Et sans doute pas suffisant. L’ogre régulièrement essaie de lui apprendre à manier le téléphone portable mais ce n’est pas gagné pour autre chose que les sms.

IMG_2502J’ai découvert il y a peu quelque chose dont je voulais vous faire part aujourd’hui car je trouve que c’est le genre d’initiative qui rend le monde meilleur. C’est un site internet qui s’appelle myneveo.com .

J’ai beaucoup aimé discuter avec son fondateur, Simon Desbarax qui m’a parlé de son expérience d’expat et de la difficulté de garder le lien avec sa grand mère. Le monde serait bien meilleur si il voyait fleurir autant de start up aussi humaines !

Le principe de Neveo est donc créer en famille un magazine mensuel papier qui sera reçu par courrier par le grand père ou la grand mère. Pour le fabriquer cela marche comme une plateforme où plusieurs membres de la famille peuvent télécharger des photos et des commentaires comme ils le feraient sur des réseaux sociaux comme facebook ou instagram. Et à la fin du mois, le tout est édité et envoyé sous forme de magazine. Je trouve ça vraiment génial car nos grands mères n’ont pas internet et donc ne voient jamais les photos. Et nous qui sommes des geeks complets, le côté ludique de la mise en page des images nous correspond bien. Ce mois ci notre mimi de Bourgogne aura donc la surprise d’avoir dans sa boîte  aux lettres des photos des exploits sportifs de ses petits enfants lyonnais et les premiers pas de notre coquine à l’île de ré. Je suis sûre que cela lui fera un plaisir fou et que ce petit lien entre nous va devenir pour elle un joli rendez-vous.

 

Et comme nos mamies sont aussi des mamans, je vous propose de penser à elles et de participer à un petit concours pour la fête des mères. Neveo vous fait gagner votre premier magazine pour vos aînés . Il vous suffit de vous abonner à leur page facebook et à la mienne, et de m’écrire en commentaire ici que vous participez. Vous avez jusqu’à dimanche minuit.

Je vous souhaite bonne chance.

IMG_2403

Instantanés de la semaine (Escapade en charente maritime)

Il y a des semaines où même quand il pleut on s’en fout un peu, parce qu’on est ensemble et qu’on est bien. C’est ce qui s’est passé pour nous lors de nos vacances en Charente Maritime.

Un joli weekend à la Rochelle d’abord chez ma cousine et son mari, tous deux artistes talentueux. J’ai passé des heures à discuter art avec eux et à flâner dans leur atelier. Ça m’a fait un bien fou de renouer avec cette part de moi. Et puis il y a eu notre deuxième  dîner au restaurant en amoureux depuis la naissance de notre ogresse. Ce n’est pas facile pour nous de faire garder notre petite alors nous sollicitons peu nos amis et seulement en cas d’urgence. Quel bonheur de se retrouver un peu.

Et puis ces quelques jours passés à l’île de ré juste tous les trois. Un peu coupé du monde. Une île comme un refuge aussi. Il a plu tous les jours sauf le premier où nous avons profité de la plage, alors nous avons du changer notre programme initial et ralentir le rythme. Finalement cela nous a fait beaucoup de bien de se laisser porter par les flots de rire joyeux de bébé qui jouait à faire des clapotis dans la piscine de notre résidence.

Et j’ai un scoop pour vous: elle a fait là-bas ses premiers pas !

Donc finalement toute chose à du bon, à la place du vélo il y a eu la marche 🙂 Et les glaces, les balades au bord de mer, dans les vignes, les fraises achetées dans une ferme en chemin, les huîtres, et des câlins par milliers.

En revenant à la Rochelle vendredi pour prendre le train, nous avons profité que l’aquarium était à côté de la gare pour le visiter. Notre puce était tellement excitée de marcher pour aller découvrir les poissons multicolores. Quel bonheur !

Une dernière balade sur le port, une glace chez Ernest et nous revoilà à Paname.

En rentrant à Paris mon premier réflexe a été de regarder quoi faire ce weekend. Il y avait plein de supers événements qui me tendaient les bras. Mais je crois que l’île de ré a imposé en moi sa douceur de vivre et samedi j’avais juste envie de buller. On a tous les trois fait une mega sieste, ce qui nous arrive rarement, et finalement c’était bien aussi !

Comme quoi chaque voyage est aussi un petit pas vers nous même !

 

 

IMG_2390

13 Endroits insolites pour changer une couche !

Quand on est parents et que l’on a la bougeotte, on se retrouve parfois dans des situations très cocasses avec bébé. Vient le moment où le changement de couches est inévitable. Et comme bébé est farceur il choisit souvent l’endroit le plus insolite pour que ses parents se retrouvent dans le caca (pardonnez moi l’expression mais ici c’est au propre comme au figuré !).

J’en ai sans doute oublié déjà, mais en 16 mois il y a quelques souvenirs qui nous font bien rire aujourd’hui. Sur le coup, je ne vais pas vous mentir, c’était souvent une vraie galère. Déjà parce que quand l’endroit n’est pas adapté à la tâche ardue il vous faut prendre une décision rapide avec bébé qui hurle d’où vous mettre. Si possible un endroit isolé pour ne pas gêner les gens avec ces odeurs et ces visions de paradis. Encore mieux un endroit à peu près confortable. L’idéal à hauteur pour qu’on ne se torde pas le dos. En vrai ces trois critères sont rarement réunis. Alors ça donne des endroits comme…

* sur le gazon du parc de la Villette

* sur les sièges des trains corail Rouen-Paris

* Sur la banquette des restaurants Lyonnais

* Par terre dans des toilettes d’un minuscule restaurant japonais

* sur le sable breton et les plages de Toulon

* sur un banc en pleine campagne normande

* dans la voiture de papi aux abords d’une forêt Havraise

* dans le métro japonais

* sur une botte de paille du festival La briche foraine

* dans les toilettes de l’avion paris-Tokyo

* par terre dans le dressing de mon petit frère

* sur l’herbe des buttes chaumont

* sur un matelas de sport lors d’une compétition de gym de la cousine à Grenoble

IMG_2386

Heureusement, il y a de plus en plus d’endroits adaptés aux bébés avec des tables à langer dans les toilettes: cafés, musées, restaurants on a parfois de bonnes surprises. Et puis sinon on s’équipe tout de même avec du matériel de puériculture pratique pour se faciliter la tâche.

Question couche, j’ai été convaincue par celles de Lotusbaby touch que j’ai découvert la semaine passée à Coworkcrèche. Je vous en avez parlé dans l’article sur la toilette de bébé, je suis attentive à la fabrication en terme de sécurité pour bébé et aussi de norme environnementale. Si pour la maison depuis la naissance j’utilise des carrés lavables, pour les sorties des lingettes exceptionnellement peuvent dépanner. Quand aux couches, il en faut des pratiques à mettre, confortables pour bébé et élastiques pour les mouvements. Là c’est nickel. Je pense aussi que l’on va maintenant se diriger vers des couches culottes car Salomé bouge tellement et veut participer maintenant , donc ça sera bien plus facile de la faire coopérer en lui enfilant debout que de se battre avec elle.

Et vous ? Des endroits insolites? Des conseils à me donner pour nos prochaines escapades?

IMG_1509

Le jour où je t’ai rencontré #4 : le fil invisible

Julie, alias Fleur de menthe, fait partie de ces jolies rencontres sur la blogosphère: Une plume délicate et un coeur sincère. Nous avions partagé il y a quelques années de délicieuses soirées à débattre littérature dans un club de lectrices. Je n’ai jamais cessé depuis de me régaler à chaque fois que je lis un de ses textes. Celui-ci n’est pas en reste ! Elle a eu la gentillesse de me confier son histoire d’amour et le fil invisible qui la relie à l’homme qu’elle a choisi…

IMG_2348

Le jour où je t’ai rencontré n’a pas de date.

Il y a ce jour où tu es passé devant moi sans me voir alors que je venais juste d’avoir 15 ans. Tu as attrapé ta sacoche, tes yeux bleus ont balayé le hall du lycée, et tu es parti. J’ai fait un tour sur moi-même, comme accrochée à un fil invisible qui me reliait à toi, et le moment s’est envolé.
Il y a ce jour où ton regard a croisé le mien. Il faisait nuit, et les vapeurs d’alcool étaient omniprésentes. Tu étais là, une cigarette à la main, adossé à la fenêtre de cet appartement rouennais. Je me suis approchée de toi, le grand silencieux, le garçon discret qui observe plus qu’il ne parle, l’inconnu de la soirée. Je t’ai fait la bise, et à nouveau, un fil invisible m’a retenue. Mon regard n’a jamais réussi à se décrocher de toi, jusqu’à ce que l’alcool ait raison de moi et m’emmène dans un sommeil de plomb, à même le parquet.

Il y a ce jour qui renaît tous les matins.

Et ce matin. La main sur la poignée de la porte, tu t’es retourné et tu m’as lancé ce regard. Amoureux. Fou. Fou amoureux. J’ai penché ma tête sur le côté avant de t’envoyer un baiser de la main. Tu as souri et tu as chuchoté des mots d’amour qui ont glissé jusqu’à moi. J’ai laissé mes yeux s’illuminer des étoiles que je connais désormais si bien. J’ai laissé le matin être là, présent, et nous couvrir de sa lumière blanche. Mon cœur s’est gonflé, et je t’ai répondu. Le temps a attrapé nos mots, il a retenu dans le passé ces quelques secondes entre nous.

C’est ainsi entre nous. Il y a dans l’air qui nous entoure dix mille couleurs que nous sommes seuls à voir. Quelque chose qui défie le temps, l’espace, la raison.
Une magie. De cette magie est née une petite fée aux yeux verts. Elle souffle des bulles de savon, et dépose sur nos joues des baisers mouillés. Son rire dessine des arcs-en-ciel. Sa voix chante des mots d’une autre langue. Elle est née dans la folie de la vie, d’une folie entre nous.

Il y a toujours ce fil invisible entre nous. Il nous a guidé l’un à l’autre. Et nous nous sommes trouvés. Il nous lie tous les trois aujourd’hui. Il retient pour nous les petits bonheurs. Il nous guide sur les chemins inconnus. Il nous fait tourbillonner sans jamais nous donner la nausée.
Pour chaque matin dans tes bras. Pour chaque seconde de ces dix dernières années. Pour l’électricité qui vient parfois pimenter le quotidien. Pour tout. Pour nous. Merci la vie. L’amour existe. L’amour fou existe.

 

Merci Julie pour cette déclaration d’amour fou qui réveillerait les plus basés d’entre nous !
Et si vous aussi vous avez une belle histoire de rencontre à me confier, n’hésitez pas à m’écrire: sophie@ogressedecompagnie.fr