IMG_1997

Maman au top? Le sujet qui fâche !

C’est suite à un échange sur twitter que j’écris ce billet. Peut on être maman et toujours au top de la féminité? Voilà le sujet qui fâche et sur lequel je souhaite revenir.

Une future maman sur twitter ne comprenait pas les remarques des mamans de son entourage sur la difficulté à prendre soin de soi quand on vient d’accoucher. Elle prenait en exemple sa propre mère, wonderwoman, maman à la jolie carrière avec 4 enfants dont un en situation de handicap qui avait su rester féminine. Elle ne voyait donc pas où était le problème.

J’étais comme elle, avant.

Ma propre mère, maman de 3 enfants, travaillant aussi, gravement malade d’un cancer de surcroît dès ses 32 ans avec un bébé de quelques mois. Toujours coquette.

Seulement voilà, ça c’est les souvenirs.

La façon dont on perçoit et idôlatre aussi ses parents sans forcément voir toute la situation.

En creusant un peu, j’ai cru comprendre que la future maman en question sur twitter avait eu une nounou et un père très présent. C’est également mon cas. C’est d’ailleurs ce que m’a rappelé mon père lorsque je lui demandais comment ils avaient fait alors que moi je peine certains jours à prendre une douche.
Sa réponse a été simple: j’étais là.
Et oui, il était prof. Il avait donc un emploi du temps qui lui permettait d’être là chaque soir pour nous récupérer de l’école et quand ce n’était pas possible nous avions une super nounou. Il était là donc tous les soirs, tous les mercredis, tous les week-ends. Ils pouvaient donc plus facilement à deux répartir les choses et la fatigue.

Cette première année a été très éprouvante pour moi car j’ai eu beaucoup de mal physiquement et moralement à me remettre de cette grossesse si éprouvante. Les suites de couche ont été terribles. L’allaitement s’est très mal passé. Bébé perdait du poids et nous étions donc sous surveillance permanente des pédiatres.
Ne pouvant reprendre mon ancien travail, mon ogre a travaillé presque tous les week-ends et pendant les 9 premiers mois ma puce n’allait pas à la crèche.
Personne de la famille ne pouvait me la garder ne serait ce qu’une heure. Trop loin ou trop difficile pour eux avec un bébé en bas âge.

Bref. Une situation pas évidente.

Et même si bien sûr j’ai aussi eu plein de jolis moments de douceur et de complicité avec ma fille, si je me suis émerveillée chaque matin de la voir découvrir le monde, si j’ai vu mon amoureux se révéler dans son rôle de papa, il y a eu des jours où la fatigue prenait le dessus. `

D’ailleurs à l’heure où je vous écris je suis levée depuis longtemps et pas encore douchée. Ma coquine ayant inventé comme nouveau jeu d’escalader les escaliers de la maison de tata.
Est ce si grave de ne pas être déjà sur mon 31? Les ongles peints, l’épilation impeccables, les cheveux brushés et les vêtements choisis avec soin et repassés sont ils l’essentiel?

Heureusement je ne me focalise pas trop sur ces supers mamans qui ont retrouvé leur ligne au bout de quelques mois et sont toujours très lookées sur instagram. Si c’est votre graal à vous, très bien. Si c’est important pour que vous vous sentiez mieux, faites le régime, la manucure, ce qui fait que vous vous sentirez femme. Moi mon rituel c’est la crème pour le corps qui sent bon après la douche. Je n’ai pas besoin de plus.

Je ne pense pas pour autant avoir perdu ma féminité. Elle s’est juste révélée différement.
Moi qui ne sortait jamais avant sans vernis sur les pieds je m’en contre fout !

La plupart du temps, je fais le minumum mais je mets des vêtements dans lesquels je me sens jolie même si mon corps a beaucoup changé. Ce n’est vraiment pas un problème pour moi d’aller chercher ma fille à la crèche avec un look simple jean, t-shirt, basket (mais des belles, hein , qui brillent).
Et les jours où on fait une ballade, là je sors le maquillage, la jolie robe, les bijoux ect…

Je trouve que la simplicité au quotidien finalement a quelque chose d’assez sain, et c’est peut être être au top à ma façon . J’ai l’impression que ce naturel me correspond mieux. Et quand je mets du rouge à lèvre c’est un petit rituel de jour de fête.

Cette maman a pris la mouche quand j’ai tentée avec les 140 caractères imposés par twitter de lui expliquer gentiment tout ce que je viens de vous dire ici dans cet espace d’écriture où je suis libre. Elle m’a bloquée.
Je ne ferai pas comme les machos en mettant ça sous le compte des ormones. Je crois que certaines femmes enceintes ne sont pas prêtes à entendre que leur monde et leurs habitudes va changer. Qu’elles ne seront plus les mêmes. Que ces modifications par contre ne seront pas forcément pour du pire.
Pour moi la grossesse a fait le ménage des choses superficielles pour revenir à l’essentiel. Et ça s’appelle le bonheur. Je lui souhaite ces jolies ondes de renouveau.

 

 

Photo de mes préparatifs de mariée par Margot Mchn

  • l0uanne (7 avril 2017)

    Même chose ici, j’essaie de ne pas me négliger, mais quand je prend soin de moi c’est le minimum. Y’a que lors des repas de famille ou des sorties que je fais plus d’effort, mais c’est parce que c’est le week end et mon copain est là pour gérer la petite. Mon médecin aussi est toujours à me faire des remarques sur mon poids, c’est sur que si j’avais une nounou à domicile et une femme de ménage j’aurai tout le temps d’aller faire du sport et de retrouver ma taille 40.

    • Sophie Ogresse (9 avril 2017)

      Ah oui cette dictature du corps post grossesse. Qu’on nous laisse tranquille avec ça ! Je suis d’accord avec toi c’est beaucoup plus facile pour moi aussi de me pomponner quand l’ogre et là. Seule avec bébé c’est la galère

  • Mumtwokids (7 avril 2017)

    Ton billet est tellement vrai ! Je prends soin de moi mais le strict minimum histoire d’être présentable pour aller bosser, quand je ne bosse et que je vais à l’école pour lapin c’est souvent jean basket et no make-up, ça ne me dérange pas le moins du monde ! rouge à lèvre = jour de fête ici 😉 bref il y a celles qui ont envie (et besoin) d’avoir un look au top et il y en a d’autres qui se sentent bien au naturel ou Avec très peu d’artifices. Comme pour beaucoup de choses, le plus important est de se sentir bien ! Et aussi avoir le temps de se pomponner, perso j’ai deux heures de transport aller-retour pour aller bosser, je privilégie le sommeil au fait d’entre apprêtée, ici vêtements prêts la veille, zéro repassage et préparation en 20 Minutes top chrono (sans petit dej ;-)) ! Bref tout ça pour dire que je comprends ton ressenti ! Belle journée

    • Sophie Ogresse (9 avril 2017)

      Les priorités changent c’est bien vrai. Je suis comme toi, je mise sur le sommeil aussi. C’est chouette de se sentir comprise.

  • Picou (7 avril 2017)

    Je n’aurais su mieux dire! Oui, la maternité nous change, c’est un fait, on ne peut pas se mettre des oeillères. Ca n’empêche pas d’être belle, ni de se pomponer si on en a besoin pour se sentir bien dans sa peau, mais ça change les priorités, et réduit le temps qu’on peut y consacrer. Je pense qu’il ne faut pas pour autant s’oublier soi – mais s’aimer soi même ne passe pas forcément par être jolie pour les autres. Et puis, il y a des temps de vie différents – après un bébé, notre temps, nos rythmes et notre approche de la vie est chamboulée ; puis quand bébé grandit, on peut parfois prendre plus de temps pour soi, on en a des fois plus envie. C’est mon cas – dans les 6 mois post bébé, je fais moins attention à moi (vêtements d’allaitement, peu de maquillage…), puis, l’envie de me faire belle et d’être femme autant que mère revient ensuite. Femme varie! Et femme resplendit, tant qu’elle est droit dans ses bottes en faisant comme elle veut, et comme elle peut!

    • Sophie Ogresse (9 avril 2017)

      Oui c’est exactement ça. Il y a des phases où c’est plus difficile et où avec bébé on peut aller au plus urgent.

    • Sophie Ogresse (9 avril 2017)

      Oui c’est exactement ça. Il y a des phases où c’est plus difficile et où avec bébé on peut aller au plus urgent. Comme tu le dis, le plus important est de se sentir bien.

  • Camomille (7 avril 2017)

    Quelle réaction puérile de te bloquer ! D’autant plus que tu as raison. Il est dangereux de nous fier à nos souvenirs d’enfance et l’essentiel n’est ni dans la manucure ni dans le brushing. Merci pour ce joli billet

    • Sophie Ogresse (9 avril 2017)

      En effet cela m’a fait réfléchir aussi sur cette question des souvenirs. N’ayant plus ma maman la distance à prendre n’est pas toujours facile. Cela met beaucoup de pression. Merci à toi d’avoir pris le temps de me lire

  • Cassandre (9 avril 2017)

    Bonjour,

    Puisqu’il est question de moi dans cet article (que j’ai vu passer sur Hellocoton), je me permet d’apporter quelques précisions…

    La nounou n’était pas à domicile. C’était une assistante maternelle. Elle n’apportait donc aucune aide à mes parents, en dehors de ses heures de garde. Mes parents devaient donc s’occuper de mes quatre frères le matin, le soir et le weekend ; comme des millions de parents. Et bien sûr, ils n’avaient pas de femme de ménage et encore moins d’aide quelconque de la part de mes grands-parents.

    Mon père étant militaire, il avait des horaires compliquées, était régulièrement absent pour répondre à ses obligations inhérentes à son statut (gardes, manœuvres, opex). Ma mère gérait donc seule la fatrie et la maison, en son absence. Les périodes d’accalmie à la caserne, mon père avait des horaires plus stables et pouvait donc aider ma mère, s’occuper des mes frères etc…

    Ma mère a mené de front sa carrière, ses vies de maman, d’épouse et de femme. Elle restait féminine, malgré tout ça et je n’idéalise pas ma mère… je sais parfaitement tout ce que j’ai à lui reprocher et tout ce que je lui dois de bénéfique dans ma vie. Elle était loin d’être parfaite, mais je peux facilement lui pardonner ses erreurs et défaillances, en connaissant parfaitement tout ce qu’elle a dû traverser pour nous élever. Il en va de même pour mon père. Ce sont des êtres humains, pas des machines ou des super-héros.

    Et malgré tout ça, ma mère restait féminine. Eh oui ! Je ne parle pas d’une féminité sophistiquée et exacerbée, mais plutôt d’une féminité dans sa plus belle expression : ma mère sachant comment se mettre en valeur, en toute simplicité. C’est d’ailleurs avec cette idée de la féminité que j’ai été élevée. Je ne me pomponne pas, tous les matins comme une princesse… parce qu’à vrai dire je m’en moque éperdument. Je prends soin de moi, sans pour autant en faire trop.

    Par contre, quand mes amies qui sont mamans me sortent qu’avec un enfant, elles n’ont pas réussie à prendre une douche tous les jours, qu’elles n’avaient pas envie de s’habiller correctement, qu’elles ne prenaient même pas soin un minimum d’elles et qu’elles se sont totalement oubliées… je trouve ça tout simplement absurde… ma mère ayant réussi à ne pas se laisser aller de la sorte.

    Je suis consciente de toutes les difficultés qui m’attendent, mais je considère que le bien-être de ma fille passe aussi par le mien. Parce qu’avoir une maman au bout du rouleau qui déprime, se laisse aller et perd peu à peu son estime personnelle ; ne lui fera pas du bien… sachant qu’en plus je l’élèverais seule, à mon grand regret.

    Par chance, mes parents m’ont appris qu’avec beaucoup d’amour, de ténacité et une bonne organisation, rien n’est impossible !

    • Sophie Ogresse (9 avril 2017)

      Je te remercie pour cette réponse. En effet twitter et ses caractères restreint peut être source de quiproquo et de malentendus. Je n’ai pas compris ta réaction brutale. Une façon de te protéger ?
      Je n’ai jamais jugé ta maman qui a l’air assez admirable. Tu as bienfait d’apporter des précisions.
      J’aurai souhaiter écrire ici un petit mot empathique car ta situation à l’air délicate. Cependant ton commentaire en étant totalement dénué je ne pense pas que c’est ce que tu désires. J’espère tout de même que tout se passera pour le mieux pour toi et ta fille.

      • Cassandre (9 avril 2017)

        Je suis désolée si ma réaction a pu te heurter ou te blesser, c’était essentiellement pour me protéger. C’était plus une réaction instinctive qu’un refus d’échanger avec toi. C’est pourquoi je tenais à apporter des précisions, afin que le dialogue puisse se poursuivre.

        Ma situation est délicate, mais j’ai vécu bien pire que cela. Je relativise et je suis heureuse d’avoir ma fille. C’est tout ce qui compte. 🙂

        • Sophie Ogresse (9 avril 2017)

          Je te remercie pour ce gentil message. Prenez bien soin de toutes les deux, l’une de l’autre, c’est ce qui compte.

  • Fannette (12 avril 2017)

    Chacune de nous a son avis – et c’est bien de le donner ! Le dialogue c’est ça 🙂 il faut éviter les jugements qui blessent…

    Je n’ai pas suivi les échanges sur Twitter mais à vous lire j’ai l’impression que vous êtes plutôt d’accord toutes les 2. Dommage qu’il y ait eu un blocage sur Twitter…

    Pour ma part je trouve que se laisser aller n’est pas une solution, c’est clair, même s’il y a des jours où c’est plus facile à dire qu’à faire – surtout lorsque l’on reste à la maison! Cela ne veut pas dire que c’est une nécessité d’être sur son 31 tous les jours non plus. Il y a un temps pour tout dans la vie. Moi il y a des fois où je reste en culotte toute la journée (honteux ? non trop bien 🙂 🙂 )

    Je trouve ma Sophie que tu as su garder un bon équilibre. Tu restes coquette, même sans ton vernis sur les pieds. Tu le remettras sûrement un jour, lorsque tu en auras de nouveau l’envie … ou pas 😉

    Chacun a une notion différente d’une maman au top 🙂 Moi aussi j’ai tjrs aimé son côté naturel. Je lui disais qu’elle était mieux sans maquillage. Et je suis heureuse qu’elle n’en mette plus. Ce n’est pas une wonder woman en mode « Wow les gars retournez-vous » et d’ailleurs les wonder woman ne m’ont jamais fait rêver.
    Bonne nuit <3

    • Sophie Ogresse (19 avril 2017)

      Merci ma jolie pour ton commentaire doux et apaisant. En effet chacune sa vision et son ressenti. Le plus important est de se sentir bien <3

DEPOSEZ UN PETIT MOT DOUX

Votre adresse mail ne sera pas publié

You Might Also Like

Here you can find the related articles with the post you have recently read.