Une petite sieste dans le porte bébé

Devient-on amnésique quand les enfants grandissent ?

Depuis que petite ogresse est née, chacun y va de son bon conseil avec souvenirs à l’appui. Si bien sûr l’intention est bonne et que je suis moi-même friande de retour d’expérience pour m’améliorer, les avis divergents sur les enfants ne sont pas toujours faciles à gérer. Mais si il y a quelque chose qui me frappe de plus en plus c’est l’impression que certains parents d’enfants plus grands sont frappés d’amnésie.

 

Par cela je parle principalement de l’oubli de la fatigue immense de la première année. Souvent j’entends  cette réflexion aussi: les problèmes grandissent en même temps que les enfants. A vrai dire, je n’en sais rien. Il est vrai que pour le moment je suis une toute jeune maman. Mais néanmoins, il me semble que la fatigue de la première année est particulièrement dense, tout simplement de part les nuits au sommeil haché. Et puis aussi ces besoins intenses de petit koala qui vous demande une constante attention sous peine de hurler non-stop pendant des heures. Pourquoi parlerait-on d’épuisement maternel sans cela?

J’avoue que je prends  la mouche quand on me dit que je suis mal organisée. Je n’ai rien contre le quotidien. Je ne dis pas que je suis à plaindre non plus. Je pense simplement que cette première année est bouleversante dans le changement des habitudes, qu’il y a un nouveau rythme à trouver, que le manque de sommeil rend parfois les choses plus difficiles et cela pour tous les jeunes parents (j’inclue le papa aussi qui n’est pas épargné).

J’ai du mal aussi avec les jugements des mamans qui travaillent (alors que je ne rêve que de ça) qui sont parfois plus sévères en disant qu’en gros tu ne fais rien de tes journées alors il n’y a pas de quoi te plaindre.  » Imagine si tu travaillais…  » Euh bah en fait : pourquoi on oppose les mamans  à la maison et celles qui travaillent ? Ce n’est pas une compétition? Si ?

Bien sûr que l’arrivée d’un bébé remplit de joie. Seulement j’ai l’impression que lorsqu’une jeune maman ose évoquer la fatigue, elle se la prend en boomerang par les personnes qui sont passées par là. Souvent loin d’être compatissantes, et rassurantes en disant que cela va s’arranger, que l’on gère bien, qu’il ne faut pas culpabiliser, on se prend des réflexions comme quoi si elles ont géré seules pourquoi se plaindre. Même quand on sait qu’en vrai, elles ont eu l’aide de temps à autre de la famille (garde une soirée, ou tous les mercredis). Elles montent sur leurs grands chevaux comme quoi au grand jamais on ne les a aidé. Mauvaise foi? Oubli?

Ça me fait un peu penser à ces discours sur les douleurs de l’accouchement. Rares sont celles des générations passées qui les évoquent. Si vous en parlez, c’est la même chose: vous avez le droit à un discours comme quoi elles sont passées par là aussi donc elles ne voient pas le problème.

Je ne comprend pas cette attitude. Pourquoi vouloir à tout prix montrer aux parents plus jeunes cette image sans faille. Nous sommes humains. Nous avons tous des jours de moins bien. En quoi cela est-il honteux de dire que de temps à autre on aimerait avoir une soirée pour soi?

Je me demande si c’est une question de génération ou pas, car toutes les jeunes mamans que je connais m’ont confié au moins une fois leur fatigue. Je trouve cela normal de le dire. Et c’est une des raisons pour lesquelles j’écris aussi sur ce blog: pour dire aux jeunes parents que c’est normal d’être fatigué de temps à autre. Le verbaliser ce n’est pas se plaindre que l’on a une vie terrible.

 

De mon côté cette année a été particulièrement intense en émotions (bonnes et mauvaises) sans parler de la maternité. J’aspire juste à avoir maintenant uniquement le quotidien avec ma coquine à gérer, ce qui sera déjà très bien.

  • niki (6 janvier 2017)

    oui on devient amnésique sur les moments de la petite enfance, parce que l’on a d’autres « souvenirs » liés à ce à quoi on a droit quand ils grandissent (genre adolescence 😉 )

    • Sophie Ogresse (11 janvier 2017)

      C’est ce que je me suis dit aussi. Les nuits sans sommeil plus tard ça sera les week-ends quand elle sortira avec ses copines 😉

  • l0uanne (6 janvier 2017)

    Je suis d’accord avec toi, je pense que beaucoup ont oublié ce que c’était que d’avoir des enfants en bas âge. Quand je dis que je suis fatiguée on me répond la même chose que toi, et on me balance en plus un « Oh mais toi t’es jeune tu récupère vite » sauf que oui et non, car Bichette se lève tôt et se réveille parfois la nuit, et je peux pas rentrer et m’écrouler sur le canapé, et la petite elle s’en tamponne la cacahuète que je sois crevée… ou alors y’a aussi les spécialistes des coups de fils au mauvais moment : genre le soir vers 19h ou 20h ou alors vers 12h au moment des repas…. Une fois aussi au retour de la maternité ma mère était venu à la maison car mon copain était au travail, et elle a eu l’air très étonnée de voir que je me reposer pendant qu’elle faisait le ménage …. j’avais eu une césarienne quand même….. Et pareil pour le ménage, la journée y’aura forcément des jouets qui trainent …. donc j’ai envie de dire que oui, certains ont oublié ce que c’était la vie avec de jeunes enfants surtout les premières années

    • Sophie Ogresse (11 janvier 2017)

      Oui c’est fou ça. Je me demande à quoi c’est dû l’oubli… Heureusement tout le monde n’est pas dans cette optique là. J’ai un ami qui est venu il n’y a pas longtemps et qui m’a dit que c’était rangé et propre, qu’il s’attendait à pire. C’est con mais ça m’a fait du bien 🙂

  • Mum*two*kids (6 janvier 2017)

    Comme je comprends ton ressenti, je déteste ce genre de réflexion ou alors quand on te dit nan mais moi j’en ai 3 et je suis pas fatiguée oui ben peut-être mais on n’a pas tous la même résistance face à la fatigue…heureusement pour nous (grand barbu et moi-même), ma maman comprend mon état de fatigue et je sais que si elle le peut elle nous prendra choupette et lapin car il faut dire qu’effectivement on est chaos, déjà notre lapin n’est pas un lève-tard et a tendance à se réveiller mais en plus choupette se réveille de nombreuses fois la nuit, ajoute à ça un problème de thyroîde qui me fatigue +++ ben je suis crevée et je n’ai jamais l’impression de récupérer…je me dis que dans quelques années ça ira mieux mais j’avoue que certaines jours (notamment cette nuit où choupette s’est réveillée plus de 15 fois) et bien on est un peu beau du rouleau…courage on va y arriver !!!! et puis m**** aux gens qui sont pas d’accord 😀

    • Sophie Ogresse (11 janvier 2017)

      Quelle chance ! Je n’ai plus de maman donc… Mais j’ai une belle maman top qui me prête main forte sur certaines choses et pendant les vacances de Noël mon papa a vraiment pris le relais. Que ça fait du bien ! Courage pour la fatigue & la thyroïde.

  • Sophinette (6 janvier 2017)

    Je te rassure (ou pas??) même après presque 2 ans je suis encore fatiguée! Bizarrement j’ai bien géré la fatigue jusqu’à la reprise du boulot, mais avec le nouveau rythme, les transports, et toute la logistique maison c’est devenu compliqué… Et même si on passe de meilleures nuits qu’au début, il y a des semaines ou Zoé se réveille encore 3 ou 4 fois et là, bah ça te plombe tout le repos que tu avais pu accumuler auparavant. Chaque matin je me dis que ça ira mieux d’ici quelques temps, il faut rester optimiste, il arrivera bien un jour ou nos enfants seront adolescents et dormiront jusqu’à point d’heure!!
    En attendant, tu as le droit de te plaindre et d’appeler à l’aide, et à ceux qui te font des réflexions, tu n’as qu’à leur laisser ta mini toi deux ou trois jours pour leur rafraîchir la mémoire hihihi!!!

    • Sophie Ogresse (11 janvier 2017)

      C’est exactement ça. Il y a des nuits c’est infernal et ça te pompe toute la réserve. Là on accumule les crèves pour toute la famille à chaque retour à la crèche donc c’est pas évident. Et puis le concept de sieste ma coquine n’a jamais vraiment compris depuis la naissance donc le truc de Dors quand elle dort bah je connais pas bien ^^ Ceux qui m’ont fait la réflexion n’ont jamais passé plus d’un weekend avec la petite et j’étais là donc… eux dormaient jusqu’à midi tranquilous. Vivement les vraies nuits !

  • Testinaute (6 janvier 2017)

    C’est juste qu’on ne garde que le meilleur…mes filles ont 3 et 7 ans et j’ai « déjà » oublié les 18 mois où je me suis levée 3 fois par nuit pour allaiter la plus jeune…les douleurs de l’accouchement j’aurai presque envie de les sentir encore car elles ont été suivies d’une fabuleuse rencontre. La fatigue, la crainte qu’il arrive qq chose à notre bébé, on apprend à vivre avec.
    Mais Oui, les premiers mois sont difficiles, surtout pour un premier, c’est un tel bouleversement en tout point…c’est aussi là qu’il faut prendre le temps de profiter du moment présent..ces précieux instants où l’on peut encore tenir son bébé au creux de ses bras. Et surtout n’écoutez les autres que d’une oreille (oui parce que parfois on a de bons conseils quand-même!)

    • Sophie Ogresse (11 janvier 2017)

      Heureusement je savoure aussi les jolis moments et je me rends bien compte de la chance d’avoir une petite puce si pleine de vie et de rires aussi. C’est justement ça le souci j’ai l’impression que quand on dit qu’on est fatigué certains l’entendent comme une plainte sur notre vie. Alors que ce n’est pas ça… Tout pareil je ne changerai rien au monde pour le bonheur de cette rencontre là. Et je continue à écouter les conseils dits avec bienveillance

  • Lili et ses filles (6 janvier 2017)

    Alors moi, je le dis haut et fort, la première année pour chacune de mes filles j’étais littéralement épuisée, et même pour ma PomPom qui nous a fait vivre un enfer côté sommeil, je dirais que j’ai vraiment souffert de la fatigue pendant plus de 2 ans. Maintenant qu’elles ont 3 et 5 ans, ça s’améliore doucement (vraiment doucement, mais comme on part de loin je sens nettement la différence !). Je ne sais pas si un jour j’oublierais mais en tout cas, c’est un frein très certain à l’envie d’un petit 3ème qui me taraude parfois. C’est dire à quel point ça m’a traumatisé 🙂

    Pour les douleurs de l’accouchement, je dirais que tout dépend de la façon dont on l’a vécu. Pour ma part, j’ai accouché pour PomPom sans péridurale (pas vraiment par choix mais plutôt pour cause de pas d’anesthésiste dispo), et finalement, sans les nier non plus, j’ai bien mieux géré et accepté ces douleurs là que par exemple celles de la montée de lait que j’ai trouvées atroces.

    Ah et sinon, mon père est très clairement devenu un papi amnésique ^^Il passe tout à ses petites filles et monte sur ses grands chevaux quand on lui dit qu’il n’était pas comme ça quand on était enfant 🙂 Et je pense comme Sophinette, laisse leur ta fille quelques jours, tu verras, ils seront contents de te la rendre. Ma mère n’ose plus me dire « mais si elles sont calmes » en me parlant de mes deux chipettes depuis qu’elle les a gardé ensemble deux jours ^^

    • Sophie Ogresse (11 janvier 2017)

      Merci pour ton partage. Je me dis que j’ai plus qu’à savourer les bons côtés de bébé avant les meilleures nuits à partir de la maternelle. Les remarques n’ont pas été dites par des personnes qui me voient au quotidien et donc on une vue partielle de la situation. Pour elle je ne suis pas à plaindre: bébé, mariage, japon c’est une belle année. Et d’ailleurs je suis d’accord. Mais on peut être heureuse et fatiguée physiquement quand on ne dort que quelques heures par nuit depuis un an. Je crois que je dormais plus quand j’étais étudiante et que j’allais en boite tous les soirs ^^
      En ce qui concerne mon accouchement il a duré plus de 50h dont seulement 7 avec péridurale… pas un très bon souvenir. Sauf la fin quand j’ai vu ces deux jolis yeux en amande qui me fixaient attentivement!

  • Laura (8 janvier 2017)

    Je te confirme que l’on est sévèrement atteints d’amnésie. Je crois que la nature est plutôt bien faite car si on devait se souvenir de tout ce que l’on encaisse de l’accouchement à la fin de la première année en ascenseurs émotionnels, en fatigue et en irritabilité… on ne remettrait peut-être pas le couvert pour un 2d… J’ai 2 minus d’amour et si tu me poses la question… là… Tout de suite… je te dirai, là: « oui c’est dur ! » mais tu vois… je ne la sens plus dans ma chair, dans mon corps et dans ma tête cette fatigue, alors quoi que je te conseille, ça sera en effet un biaisé.
    Ecoute-toi, c’est LA seule phrase à garder !
    Belle année Miss Ogresse !
    Bisous

    • Sophie Ogresse (11 janvier 2017)

      Merci pour ton com Laura: Tout en positivité.
      Oui tu cernes bien l’objet de mon billet la fatigue physique qui est derrière tout cela. Quand je te vois pleine de peps et de feel good attitude avec tes deux loulous je me dis que je suis sur la bonne voie et qu’il faut que je continue à m’écouter moi.
      Bisous

  • Pastropfatiguee (9 janvier 2017)

    Je suis d’accord avec toi. Je le ressens particulièrement quand il y a des événements familiaux et qu’on me dit « le bruit Ca va pas la gêner », « elle dormira plus tard », ou quand on me regarde de haut parce qu’elle ne fait pas ses nuits à 8mois alors que j’entends bien plus de parents se plaindre des nuits de leurs bébés que de parents dire que leurs enfants font leurs nuits. Et cette tante qui voulait absolument venir à la maternité le jour de la sortie, alors que j’avais tellement de médecin qui passait que ce n’était pas possible. Résultat on a du aller la voir la semaine suivante pour s’excuser. 1h de route avec un bébé d’une semaine et une épisiotomie très douloureuse. J’ai envie de leur crier qu’elles aussi ont été mère de nourrissons, de bébé, et qu’elles aussi elles en ont chier, elles ont pleuré, elles se sont plaintes, elles ont fait de leur mieux, elles n’ont pas été parfaites. Comme nous.

    • Sophie Ogresse (11 janvier 2017)

      Olala comme je me reconnais dans ce que tu dis. Les concessions que l’on peut faire par peur de faire de la peine, de froisser ou d’être jugée aussi. Je crois que pour un deuxième je serai plus ferme sur mes envies. Tant pis si ça déplaît.
      Heureusement tout le monde n’est pas incompréhensif, parfois aussi c’est sans le vouloir.

DEPOSEZ UN PETIT MOT DOUX

Votre adresse mail ne sera pas publié

You Might Also Like

Here you can find the related articles with the post you have recently read.