Caprice de bébé

Le remake du film d’horreur version jeune maman fatiguée

Vous la voyez la scène où dans les films d’horreur, une jeune femme rampe par terre pour essayer d’attraper son téléphone et chercher de l’aide…

Et bien c’était moi hier…

L’hémoglobine en moins.

Quand on est jeune parent parfois la fatigue est telle que l’on fait des étourderies. L’éponge rangée dans le frigo. Le sel dans le lave vaisselle. Ce genre de chose.

C’était une journée de ce genre. Ma petite ogresse refusait les siestes depuis 5 jours. Dormait 10 minutes dans la journée puis sombrait à 19h pour se réveiller une heure plus tard prête à faire la nuba.

Avec l’ogre, on avait tout essayé. Bref j’étais fatiguée. Les corvées s’accumulaient et j’avais plein de projets chouettes sur le feu pour lesquels je n’avais ni le temps ni la concentration nécessaire.

Hier midi donc rebelote. Petite ogresse est réveillée depuis 7h. Et toutes les tentatives de sieste ont échoué. Elle hurle dès que je m’éloigne la chipie. Pas le choix. Il faut bien faire un brin de ménage et de rangement avant l’arrivée de sa mamie à 13h. Et puis j’ai envie d’évoluer d’un appartement rangé aussi! J’effectue donc mes tâches avec cette musique de cris en fond. 12h30, elle s’endort! Ouf! Je vais pouvoir me doucher.

Que nenni. 10 minutes plus tard, les hurlements reprennent de plus belles. Ils sont déchirants. Mon coeur de maman se serre. Je sors de la douche en précipitation. Et vlam.

Me voilà les quatre fers en l’air. Ma cheville me fait un mal de chien.

Je n’arrive pas à me mettre debout. La petite hurle toujours.

Alors je rampe jusqu’à son lit pour la rassurer. Oui je rampe. Nue. Trempée. Je veux la rassurer. Je lui dit des petits mots. Elle arrête de pleurer. Au bout de 10 minutes, j’arrive enfin à me lever. J’ai toujours sacrément mal. Ça va mieux. Juste le temps d’enfiler une robe. De préparer un biberon et mamie est arrivée. Comme je l’ai bénie d’être là.

J’ai pu souffler un peu. Manger. Me mettre des glaçons sur le pied.

Mamie est repartie pendant la sieste. Qui a duré 30 minutes chrono. Il m’a fallu tenir jusqu’à 20h30. Le pied en vrac. Claudiquant dans l’appartement. Qui pour un câlin. Qui pour jouer. Qui pour changer la couche.

L’ogre a changé les plans de sa soirée. Les amis sont venus à la maison pour qu’il puisse s’occuper de la petite au cas où elle referait la java.

Au final ma cheville a dégonflé. J’ai passé une bonne soirée. Plus de peur que de mal.

Mais sur le coup. Allongée seule sur le carrelage froid de la salle de bain, ma petite hurlant à la mort, qu’est ce que j’ai eu peur!

Et vous, vous avez déjà eu ce genre de frayeur où vous avez imaginé ne plus pouvoir être capable de vous occuper de votre enfant?

  • Clairette (18 septembre 2016)

    Jamais eu d’expérience du genre mais ça m’inquiète parfois. Je suis tellement maladroite, j’ai peur un jour de me faire mal et de ne même pas avoir la force d’appeler à l’aide. Laissant ma puce seule dans la détresse et l’incompréhension.

    Qu’est-ce qui lui arrive à la petite ogresse ? As-tu une idée des raisons pour lesquelles elle n’arrive pas à dormir ? Quel âge a-t elle ?

    • ogresse&cie (19 septembre 2016)

      Je suis la reine de la maladresse donc c’est presque étonnant que ça ne me sois pas arrivé avant. J’étais tombée à l’eau par exemple mais je ne m’étais pas fait mal. Donc prudence prudence mais ne t’angoisse pas. Je pense qu’apres 1 mois passé avec son papa en vacances avec nous elle vit mal son retour au travail. Elle a 8 mois et le cherche toute la journée.

  • Pastropfatiguee (18 septembre 2016)

    J’imagine la panique !
    De mon côté c’est mes douleurs au dos qui me font parfois me demander si je vais savoir la porter. La nuit si elle se réveille et que j’ai des difficultés à me lever, je lui parle au loin mais ça ne la calme pas forcément…

    • ogresse&cie (19 septembre 2016)

      Olala ce n’est pas facile. Les douleurs pour moi ont presque disparues mais cette journée de vendredi a été très dure alors je compatis vraiment à ta situation. Ne culpabise pas. Je suis sure que tu fais de ton mieux et que ta fille le sais aussi, même quand elle continue à t’appeler. Lui parler est bénéfique même si tu ne vois pas d’effet sur son état. Elle entend les choses et les assimile. C’est important.

  • Lili et ses filles (19 septembre 2016)

    A chaque fois que je suis seule avec mes filles, je suis hyper stressée. Je fais doublement gaffe en traversant la route, en montant les escaliers, etc … Je flippe même de rester coincée dans l’ascenseur et que mes filles se retrouvent seules. En plus mes parents travaillent loin. Bref, oui, je comprends totalement ton coup de flippe 🙂 Et je compatis aussi pour ces moments hyper pénibles, et cette fatigue atroce d’un enfant qui ne fait que pleurer et qui ne veut pas dormir. Je te dirais bien que ça finira par passer (et c’est vrai !), mais je sais aussi combien c’est difficile. Bon courage à toi !

    • ogresse&cie (19 septembre 2016)

      Ton commentaire me fait du bien. Je suis plutot détendue en générale mais j’avoue que ce petit incident m’a beaucoup fait cogiter. Elle pleure pas énormément heureusement. Des crises parfois en fin de journée et bien sur quand on tente la sieste. Dans l’ensemble je n’ai pas à me plaindre. Mais elle est tellement en demande d’attention et d’énergie que même si c’est adorable moi je suis cuite! Merci pour tes gentils mots et le partage d’expérience qui réconforte

DEPOSEZ UN PETIT MOT DOUX

Votre adresse mail ne sera pas publié

You Might Also Like

Here you can find the related articles with the post you have recently read.